Summer Wars, le manga : bon ben voilà.

« Alors là bravo. Môôssieur Mackie, qui écrit plus vite qu’il ne réfléchit, balance des critiques négatives à deux balles et sans le moindre recul, sur des forums publics, et après il assume pas. Ah ça oui, pour faire le joli sur son blog, il est toujours partant, mais dès qu’il faut argumenter un brin, c’est courage fuyons !

« Et comment je vais faire, moi, maintenant, avec ce manga. Non parce que Summer Wars en manga, honnêtement j’en voulais même pas à la base. Vu que j’avais trouvé le film pas transcendant. Tsss. Et depuis quand un anime doit te transcender, espèce de penseur de Rodin de mes deux? Et bien non, voilà que je le glisse dans mon panier d’achat, sans même l’avoir feuilleté parce que sous blister, et à la maison j’en fais quoi, hmm? Je le pose sur la cheminée avec les bibelots? Entre le baromètre en vrai sapin du Jura et les chaussons tricotés pure laine ? Crétin.

« Tu l’as même pas voulu et tu l’as eu. Et lu. Et voilà. T’as l’air malin. Parce que ce P**%$# de manga est P**%$# bien foutu et que tu l’as P**%$# aimé! Et pourquoi? Parce que :

1) avec le recul, who cares que l’histoire soit crédible ou pas, hmm? Quand je lisais Astérix, est-ce je me demandais si c’était crédible qu’un gros abruti et un petit malingre tiennent tête à une armée rien qu’en buvant de la soupe bretonne? Non? Bon, alors. Autant admettre la vérité : ce P**%$# de Summer Wars a une histoire du tonnerre et picétout.

2) allez, avoue, tu la trouves sacrément mignonne la petite Natsuki? Quoi, non? T’es vraiment trop bête.

3) Hmmmm… le manga serait meilleur que l’anime? c’est quoi cette idée ? dire qu’un manga est meilleur, ou moins bon, que l’anime dont il est adapté, c’est juste histoire de rattraper ma critique négative. Genre: « Ouii, bon, vous voyez, j’avais dit ça, mais c’est quand même justifié, et je ne me contredis pas, parce que vous voyez »… N’importe quoi. C’est pas comme ça que je vais m’en sortir. Pfffffffffhhh…

« Je vais quand même pas avouer que c’est à cause de la jolie jaquette « tirage limité », ça ferait trop otaku en carton recyclé. Pis chuis pas un de ces collectionneurs, moi. Oui, bon, un peu quand même. Hhhhhhmmm…

« Je sais. Je vais subrepticement effacer mon post. Ni vu ni connu. Ou l’éditer. Mettre que j’avais trop vachement bien aimé tu ‘ois. Oui, mais euh, c’est un mensonge. Si quelqu’un s’en rend compte, c’est la honte. Et alors? Tu crois franchement que quelqu’un s’en souvient, de tes trois pauvres lignes d’il y a six mois? Tu te crois si important? Môôssieur le critique amateur mais omniscient? OK, d’accoooord, on va faire mine que rien. Y a qu’à la jouer discret, on publie rien du tout sur le Summer Wars, de toutes façons on n’en est qu’au premier tome, il sera temps d’écrire quelque chose de plus intelligent à la sortie des prochains tomes. Ouais c’est ça, quelque chose d’intelligent. Je doute de rien, hein? Bon, le tout c’est que personne ne s’en soit rendu compte.

« Tiens c’est quoi ça ? Ah, ouais, ce P**%$# de traitement de texte à reconnaissance vocale. Marche pas ce truc, de tout’façons. Comme si un logiciel était capable de retranscrire ce que je dis. Et de le saisir en texte sans que je le sache. Même si c’était le cas je vais quand même pas laisser publier ce que je dis tout haut sans me relire. Bon allez un petit clic sur la petite croix, « souhaitez-vous enregistrer les modifications apportées à Summer Wars, le manga : bon ben voilà.? » Mais non je veux pas et puis qu’est-ce que ah non P**%$# de meeeeeeeeerd…………………………………………………………..

This entry was posted in anime, archives, manga and tagged , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Summer Wars, le manga : bon ben voilà.

  1. brotch says:

    « Vu que j’avais trouvé le film pas transcendant. »
    Malheureux ! Comment espères-tu avoir une once de crédibilité après avoir écrit une saloperie pareille ?

    Cette simple affirmation remet en question assez radicalement la fiabilité de ton jugement. Je ne pourrais donc pas te croire sur paroles quand à ta critique du manga, qui, de toute manière, privé de la couleur, et de l’animation magnifique du film, ne peut que lui être infiniment inférieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>