Chroniques livres & romans

Comme son nom l’indique, cet index renvoie vers chacune de mes chroniques livres – non consacrées à des BD ou des mangas. Elles sont classées par ordre alphabétique des auteurs. Pour limiter le côté fourre-tout je vous propose deux listes : une pour la littérature, une seconde pour les autres livres : livres d’art, livres pour enfants, guides etc. Pour accéder aux chroniques, cliquez sur le titre du livre.

1 – Littérature

Kôbô Abé – La femme des sables – Stock, 1979
Horrible traduction. (…) Et, frustré comme rarement par une lecture, ayant la sensation de m’être fait duper, je reposai le volume sur mes rayonnages, en colère.

Anonyme – L’oeil du serpent : Contes folkloriques japonais – Folio, 2010 – Voilà un petit livre de l’épatante collection Folio 2€, que je recommande à toutes celles et ceux qui s’intéressent au folklore nippon, que ce soit par le biais des mangas/anime ou non.

Hervé Collet et Cheng Wing Fun – Bashô, Maître de haiku – Albin Michel, 2011 – « Bashô est en rupture avec la tradition littéraire. Il invente le haiku comme une forme de transgression par rapport aux formes rituelles. »

Osamu Dazai – La Déchéance d’un homme – Gallimard, 1990
C’est geignard, nombriliste, autocomplaisant, le type aligne les variations autour de la phrase « je suis une merde » et il a l’air d’aimer ça, enfin bref, non merci, j’ai trouve ça complètement insupportable.

Hideo Furukawa – Alors Belka, tu n’aboies plus ? - Picquier, 2012
Que m’en reste-t-il, finalement, la dernière page tournée? Un mélange de fascination, de répulsion et de frustration. (…) Faites alors comme moi : accrochez-vous, le lyrisme de certaines pages vaut le voyage.

Hideo Furukawa - Ô chevaux, la lumière est pourtant innocente – Picquier, 2013 – Son nouveau livre n’est pas un roman. C’est une parenthèse, un morceau de temps suspendu, coincé dans ce que l’auteur appelle le kamikakushi, « l’enlèvement par les dieux ». (…)

Niji Fuyuno & Ryu Yotsuta – Les herbes m’appellent – L’Iroli, 2013
« Telles une flamme donnant naissance à une autre flamme, les mains transmettent leur secret. Dans cette confidence brûlante, quelque chose se dit au-delà des mots. La parole est ici comme une caresse. »

Ryô HaraNuit sur la ville – Picquier, 2003 – L’intrigue est comparable à celles du Grand Sommeil, ou du Faucon Maltais : tortueuse à souhait, mieux vaut s’accrocher et ne rien perdre en route pour bien tout comprendre.

Lafcadio Hearn – Le mangeur de rêves – 10/18, 1993
Il s’agit essentiellement d’histoires de fantômes, et/ou de yokai. (…) Ce livre m’a fait découvrir la richesse et la variété des contes qu’a rassemblés et mis en forme Lafcadio Hearn.

Lafcadio Hearn – Ma première journée en orient – Folio, 2008
Le résultat est un petit chef d’oeuvre. (…) J’ai vraiment eu la sensation d’effectuer le trajet à travers la ville, assis dans le kurumaya (pousse-pousse) et suivant les rues aux petites maisons de bois.

Keigo Higashino – Le dévouement du Suspect X - Babel, 2012
Le meilleur roman policier japonais que j’ai lu. (…) Je me suis retrouvé pris, petit à petit, dans le filet d’un thriller tout en crescendo, sans violence apparente, certes, mais psychologiquement étouffant.

Takashi Hiraide – Le chat qui venait du ciel – Picquier 2004
« Le jour pointait, Chibi poursuivait ses jeux dans le jardin, le dos parsemé de pétales de prunier, happant une abeille, reniflant un lézard, ce jardin qui pressentait la vie et le chaos. »

Jun Ikeido – La Fusée de Shitamachi – Books Éditions, 2012
Bref, loin de toute prétention à la grande littérature, cette Fusée est un OVNI (si j’ose dire) qui ajoute l’efficacité de la narration à l’originalité du sujet.

Yasushi Inoué – Le Sabre des Takeda – Picquier, 2006
Rythmé, percutant et sans fioritures, les scènes d’anthologie ou d’introspection se succèdent sans temps mort, et ce Sabre des Takeda se dévore littéralement, page après page.

Yasushi Inoué – Le Maître de thé – Le Livre De Poche, 1995
Pourquoi Rikyu Sen, le grand Maître de thé alors au sommet de son art, s’est-il fait seppuku à 78 ans? A la fois enquête, page d’histoire et conte philosophique, ce livre m’a étonné, passionné et séduit.

Kôtarô Isaka – La Prière d’Audubon – Picquier, 2011
Derrière un pitch totalement loufoque, qui fait ouvertement référence à Alice de Lewis Carroll, se cache une sorte de detective novel, un whodunnit à huis clos, plus classique qu’il n’y paraît.

Sakyo Komatsu – La submersion du Japon – Picquier, 1996
Un roman d’anticipation, certes, mais qui n’a rien d’un simple divertissement. Pour qui veut connaître les peurs enfouies dans l’imaginaire collectif nippon, c’est une lecture indispensable.

Tetsuko Kuroyanagi – Totto-Chan, la petite fille à la fenêtre – Pocket, 2009 – Tetsuko Kuroyanagi a rassemblé ses souvenirs d’enfance pour en faire un livre. (…) La modestie et l’enthousiasme du propos, alliés à une bonne dose d’autodérision, font passer le tout, que j’ai lu d’une traite.

Kiyohiro Miura – Je veux devenir moine zen ! – Picquier, 2005
Lecture idéale par temps de fatigue et de grisaille, abordant avec humour et poésie des sujets graves qui touchent tout le monde, les parents bien sûr, mais aussi et surtout les enfants que nous n’avons jamais cessé d’être.

Miyuki Miyabe – Crossfire – Picquier, 2010
Une histoire intéressante (piquée chez Stephen King, mais passons), mais tellement plombée de défauts, notamment formels, que la lecture en devient difficile.

Miyuki Miyabe – Du sang sur la toile – Picquier, 2010
En basant l’intrigue sur les fondamentaux d’un whodunnit à huis clos, Miyuki Miyabe se montre bien plus convaincante que dans Crossfire. Ça pourrait faire, je pense, une bonne pièce de théâtre.

Hiroshi Mori – The Sky Crawlers – Glénat, 2010
Le film est une variation sur le mythe de l’éternel retour, là où le roman introduit une réflexion plus existentielle sur le droit de vie et de mort, sur la violence, et sur l’incompréhension entre l’adolescence et la vie adulte.

Hiroshi Mori – None but air – Glénat, 2011
C’est aussi pour ces raisons que j’ai trouvé None But Air le plus réussi des deux romans, car il ne souffre pas de la comparaison permanente avec le film.

Ryûji Morita – Les Fruits de Shinjuku - Picquier, 2012
J’aime à croire que la fin, ouverte, obligera Ryôta à ouvrir les yeux non seulement sur la violence, la misère et l’exploitation que subit Maria, mais surtout sur la déchéance qu’il s’inflige à lui-même…

Ryû Murakami – Kyoko – Picquier, 2000
Kyoko a beau donner la parole à des hommes et des femmes que la vie a parfois bien cabossés, il plane sur ce roman comme une sorte de magie, un optimisme contagieux, qui part du cœur – ou des jolis yeux – de Kyoko.

Ryû Murakami – Lignes – Picquier, 2000
A travers le procédé littéraire, étiré jusqu’à la limite du supportable, qui consiste à changer de personnage à la fin de chaque chapitre, Lignes est l’exploration nocturne du Tokyo le moins avouable.

Ryû Murakami – Love & Pop – Picquier, 2009
Ce que j’aime chez cet auteur, c’est sa capacité à faire exister ses personnages, et à les suivre jusqu’au bord du gouffre. « La littérature n’a que faire des questions de moralité» .

Ryû Murakami – Miso Soup - Picquier, 1999
Le début du roman est un suspense croissant, entièrement construit sur le doute qui s’instille dans l’esprit du narrateur. Contemplatif et amoral, le final ne décevra que le lecteur aux idées préconçues.

Kyôtarô NishimuraLes grands détectives n’ont pas froid aux yeux – Picquier, 1997 – Sur un pitch complètement invraisemblable, l’auteur s’amuse à broder une intrigue théâtrale à mi-chemin entre l’hommage respectueux et la parodie.

Fumio NiwaL’Âge des méchancetés – Folio, 2007
C’est déstabilisant, cru, violent, insidieux. Et, en nous renvoyant à la figure nos propres bassesses, c’est-à-dire notre humanité, c’est bien plus parlant que l’objectivité des reportages.

Kenzaburo Ôé – Gibier d’élevage - Folio, 2002
Le moteur du récit, c’est cet évènement inattendu, banal à l’échelle d’une guerre mondiale, mais dévastateur à l’échelle d’un petit village : l’apparition d’un prisonnier ennemi.

Kenzaburo Ôé – Seventeen – Folio, 2011
Viscéralement pacifiste et démocrate, Kenzaburo Ôé mène son combat de longue haleine contre le retour rampant des idées nationalistes dans l’opinion.

Edogawa Ranpo – La Bête aveugle – Picquier, 1999
Une vraie bizarrerie, dont je ne sais à qui je recommanderais la lecture, si ce n’est aux esprits curieux et aux amateurs souhaitant approfondir leur découverte de la littérature japonaise.

Saikaku – Enquêtes à l’ombre des cerisiers - POF , 1990
L’éternelle comédie humaine, dans le Japon traditionnel en pleine mutation vers une civilisation urbaine naissante. (…) Un bon moyen d’en apprendre plus sur les traditions, les rites, les cultes, les croyances.

Ryotaro Shiba – Le Dernier Shogun – Picquier, 2008 – Né trop tard dans une époque troublée, où les cercles du pouvoir, corrompus et agités de mille complots, étaient aveugles à leur propre décadence, il s’est retrouvé au pouvoir, sans disposer des moyens de son ambition.

Nagaru Tanigawa – La Mélancolie d’Haruhi Suzumiya – Hachette, 2009 – Le souvenir, léger, s’estompera de ma mémoire, mais conservera quelque chose d’agréable, charmeur, futile et inavouable. La mélancolie de la légèreté de l’être.

Junichiro Tanizaki – Le Coupeur de roseaux – Folio, 2004
Cette structure, très alambiquée, tient miraculeusement debout, et donne un aspect irréel et fantastique à l’ensemble. (…) Et c’est dans le non-dit que se situe toute la dimension érotique de l’histoire…

Junichiro Tanizaki – Le Meurtre d’O-Tsuya – Folio, 2005
Grand connaisseur du Japon ancien, Tanizaki nous amuse et nous stupéfait à piétiner sans complexes les traditions séculaires, (…) et semble régler ses comptes avec son milieu.

Junichiro Tanizaki – Le Pont flottant des songes – Folio, 2009
D’une infinie délicatesse, l’écriture de Tanizaki laisse planer le doute, introduisant un érotisme puissant et sensuel. C’est, dans tous les cas, un admirable roman d’amour.

Misa Yamamura
Des cercueils trop fleuris – Picquier, 1998
Quelque chose d’un guide touristique des principaux monuments de Kyoto, (…) dans le style d’Agatha Christie. Une intrigue peu palpitante et une relative absence de suspense.

Seishi YokomizoLe village aux huit tombes – Picquier, 1999
Imaginez une histoire sombre et mystérieuse, pleine de rebondissements, entre roman d’aventures et enquête de détective, on n’est pas loin d’un bon vieux Sherlock Holmes à la japonaise.

 2 – Autres livres

Sayaka Abe – Un poisson en avril - Le buveur d’encre, 2013 – Les mignonnes lithographies de Sayaka Abe en couleurs sépia sont si jolies qu’on aimerait les encadrer, pour les mettre aux murs de la chambre du petit…

Jean-Marie Bouissou – Manga, histoire et univers de la bande-dessinée japonaise – Picquier, 2011 – Un livre (…)  lisible aussi bien pour le grand adolescent qui aime le manga et qui aimerait en savoir plus, que pour ses parents qui n’arrivent pas du tout à en lire.

Dada : Hokusai, Hiroshige et les maîtres de l’ukiyo-e
Éditions Arola, 2013 – Très bien faite, cette revue à la couverture souple peut être lue dès 6 ans, mais les ados (et les adultes!) y trouveront leur compte.

Taro Gomi : Hiragana
Picquier Jeunesse, 2013 – Initier les enfants à l’écriture japonaise ? Pourquoi pas. En fait, je m’en suis rendu compte, ce livre plaît à tous les âges.

Hokusai – Hokusai Manga – La Martinière, 2011
L’ouvrage est d’abord à regarder, bien plus qu’à lire. Ses commentaires sont bilingues, pour ceux qui savent lire le japonais. (…) Le simple fait de tourner les pages, de s’arrêter sur tel dessin, est un pur enchantement.

Satomi Ichikawa – La fête de la tomate – L’école des loisirs, 2012
Un des plus beaux albums de Satomi Ichikawa, grâce à ses dessins réalistes et poétiques, mais surtout grâce à une histoire simple et touchante, où l’auteure a mis beaucoup d’elle-même.

Hideko Ise – 1000 vents, 1000 violoncelles – nobi nobi ! 2010
Comment donc en effet résister à 1000 vents, 1000 violoncelles, moi qui suis si sensible à la musique classique, au point d’avoir choisi un violoncelliste comme signature visuelle de mon blog !

Toshio Iwai – La maison aux 100 étages – Picquier Jeunesse, 2012
Avec une mise en page presque BD, les dessins sont kawaï, il y a plein de détails amusants qui font que l’on prend son temps pour tout voir… un vrai bonheur de lecture, original et ludique.

Sébastien Kimbergt – Le meilleur du manga 2013 – Kazé, 2013
Paru ce mois de janvier 2013, Le meilleur du manga 2013 est un guide d’achat qui s’adresse au lecteur curieux et ouvert d’esprit, qu’il soit débutant ou confirmé.

Jérôme Schmidt – Génération Manga – Librio, 2004
Même un newbie comme bibi peut se rendre compte des approximations et des raccourcis, pour ne pas dire des oublis et des erreurs, que contiennent aussi peu de pages.

Junko ShibuyaLes voisins musiciens – Autrement, 2011
L’originalité de cet album est de remplacer les dialogues et le texte par une représentation graphique des sons, tout en formes et en couleurs, qui flottent et emplissent l’espace.

Osamu Tezuka – Ma vie manga – Kana, 2011
J’attendais beaucoup trop de ce mignon petit livre. (…) De brefs passages biographiques noyés entre les considérations générales sur l’homme, la vie, la mort tout ça.

WEST LAURENCE Yvan & BOLLUT Gersende – Big Bang anim’ – Omaké Books, 2013 – Le portrait d’un homme au parcours pour le moins atypique, et, en creux, celui d’une époque révolue, où lire des mangas et regarder des anime ne se résumait pas à consommer (…)

Miho Yamada & Princess Camcam – Miyako de Tokyo
- ABC Melody, 2010 – Joliment mise en scène , le texte s’appuie sur ses souvenirs d’enfance tokyoïte, et invite à la découverte d’une autre culture, à travers de nombreux aspects typiques.

3 Responses to Chroniques livres & romans

  1. Pingback: Un blog sur la littérature japonaise qui vaut le détour | Un regard vers l'est

  2. Mary says:

    Bonjour,

    Je suis venue fureter ici par hasard, et quelle bonne surprise !
    J’adore !
    Merci pour ces supers coups de cœur, intéressants et bien construits.
    Si le coeur t’en dit, passe fait un tour chez moi.
    A très bientôt en tous les cas
    Mary

  3. Pingback: Un blog sur la littérature japonaise qui vaut le détour | Un regard vers l'est

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>