L’Arbre au Soleil, d’Osamu Tezuka

L’Arbre au Soleil (Hidamari no ki)
d’Osamu Tezuka

1981 – 1986 – Tonkam, 2005-2006
8 volumes, 350 p.

L’histoire :
1855, à Edo (Tokyo). Un jeune samouraï impétueux et un étudiant en médecine se retrouvent au coeur des changements qui vont entraîner la chute du Shogunat et la restauration du pouvoir impérial, puis la modernisation du Japon. Entre l’épéiste et le carabin, que tout oppose (y compris leur intérêt pour la même jeune femme, la douce O-Seki), se tisse une amitié qui se consolidera au fur et à mesure d’évènements de plus en plus dramatiques.

Ce que j’en pense :
Après Tengu, d’Hideki Mori, et le Dernier Shogun, de Ryotaro Shiba, L’Arbre au Soleil est le troisième récit sur la fin du Shogunat  que je lis coup sur coup. Il me paraissait en effet naturel de terminer cette « trilogie » par le manga de Tezuka, que j’ai toujours autant de plaisir à retrouver. Avec Tezuka, le problème, c’est que la qualificatif « chef-d’oeuvre » est facile à employer. On est presque rassuré de relever, ça et là, quelques imperfections qui nous en dispensent.  Ces défauts ne sont d’ailleurs mêmes pas du fait du mangaka, mais de l’édition française… Pour les citer rapidement: la traduction recourt à des équivalences d’accents assez douteuses, et surtout, c’est en sens de lecture français, donc inversé… Problème déjà rencontré avec la Vie de Bouddha et l’Histoire des 3 Adolf. Franchement, autant je félicite Tonkam pour le travail éditorial sur des publications récentes (comme la Ville sans rue de Junji Ito), autant l’édition à l’envers des classiques de Tezuka pose problème. Tous les samouraïs deviennent gauchers ! Quand on sait à quel point Tezuka soignait son story-board et sa mise en scène, et notamment certains effets visuels, c’est dommage…

L’Arbre au Soleil appartient aux oeuvres de la fin de la carrière du mangaka. Parfaitement maître de ses moyens, il met en scène une intrigue de fiction sur un sujet historique, d’une manière qui lui est habituelle : une rivalité entre deux héros, dont on suit le parcours initiatique à travers une suite d’évènements dramatiques ; et pour ne vraiment pas être dépaysé, un des deux héros est… médecin, quelle surprise ! Mais cette fois, l’aspect médical de l’intrigue se double d’un détail très personnel : le jeune étudiant en médecine Ryoan Tezuka, dont il est question ici, est le propre arrière-grand-père de l’auteur. En outre, le conflit entre les tenants de la médecine traditionnelle chinoise, et les partisans de la médecine moderne occidentale, donne un exemple clair des tensions internes de la société à ce moment précis de l’histoire du Japon : tradition/modernité, xénophobie/ouverture, féodalisme/unité, etc.

En l’occurrence, Ryoan Tezuka est le fils d’un docteur qui pratique déjà la médecine occidentale, selon les méthodes transmises par les néerlandais, seuls étrangers occidentaux admis à commercer avec le Japon. Mais les médecins du Shogun, adeptes de la médecine chinoise, ne l’entendent pas ainsi. Au nom des traditions, du patriotisme et de leurs propres privilèges, il refusent à Tezuka l’installation d’un dispensaire destiné à la vaccination de la population. Pire, ils lui envoient des ronins à gages pour le menacer… (à noter qu’Osamu Tezuka s’est caricaturé lui-même dans le rôle de Tezuka père).

L’autre héros est Ibuya, un jeune samouraï bouillant et prompt à dégainer le sabre. Tout l’oppose à Tezuka : il est bagarreur, endurant, colérique, traditionaliste, mais en même temps chaste et doté d’un sens de l’honneur exacerbé. Tandis que Tezuka est tranquille, paresseux, amical, séducteur invétéré et idéaliste. Pourtant, une amitié va naître entre les deux, et chacun contribuera à sa manière au changement. L’arbre, dont il est question, figure au début du 2ème tome, c’est un vieux cerisier planté au début du Shogunat Tokugawa, et qui menace de s’effondrer, rongé par les vers…

Comme dans les deux autres oeuvres que je cite plus haut sur cette période, la xénophobie est un thème majeur et central. Je ne reviendrai pas là-dessus, je l’ai déjà expliqué au sujet du Dernier Shogun. A son tour, Tezuka aborde le sujet sans faux semblants, mais à sa manière, en y introduisant une bonne dose de dérision : en ce sens, la scène où l’émissaire américain est obligé de mimer ce qu’il veut dire, est assez terrible…

Osamu Tezuka as himself

Autre aspect propice à l’humour, c’est le traitement du désir sexuel chez les deux jeunes héros, sujet qui les taraude évidemment, mais de manières différentes : d’un côté, Tezuka le coureur, qui va au bordel dès que possible, et qui est persuadé que ses performances au lit en font un amant incomparable (on verra qu’il se surestime quelque peu…). De l’autre, Ibuya le chaste, lié par le code de l’honneur du bushido, ne sait absolument pas se comporter normalement en présence de sa bien-aimée, O-Seki. Finalement, entre le déluré et le coincé, on a deux variantes du jeune macho japonais, auquel il reste pas mal à apprendre…

Je n’en dirai pas plus sur l’histoire, riche en rebondissements et en aventures tragi-comiques. Mais grâce au talent de conteur et de metteur en scène d’Osamu Tezuka, et à son investissement personnel dans cette histoire, L’Arbre au Soleil mérite réellement de figurer parmi les meilleurs du maître. Ce n’est pas celui qui est le plus fréquemment cité par les fans, mais il se place pas loin de l’Histoire des 3 Adolf. Un cran en-dessous, en raison d’une moindre intensité dramatique, peut-être. Donc, soyez rassurés : je n’emploierai pas l’expression chef-d’oeuvre cette fois-ci. Même si ça m’a démangé les doigts, je l’avoue.

This entry was posted in archives, manga and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to L’Arbre au Soleil, d’Osamu Tezuka

  1. le gritche says:

    je n’ai lu que le tome 1 en médiathèque et sa densité m’a un peu découragé à poursuivre, d’autant que je lis un autre manga avec un médecin catapulté au sicèle dernier, « Jin ».

    • Mackie says:

      Je t’encourage tout de même à lire l’arbre au soleil, parce que tezuka n’a pas son pareil pour faire d’une fresque historique un vrai manga d’aventures, riche en personnages bien caractérisés et en rebondissements. tezuka se sert également de cette histoire pour rendre hommage aux personnages historiques (dont son arrière-grand-père) qui, malgré l’adversité, ont diffusé au Japon les idées nouvelles qui ont permis sa modernisation.

      Je n’ai pas insisté sur le dessin, mais tezuka et son studio profitent du contexte historique pour proposer des scènes de toute beauté, paysages, décors et costumes de l’ancien Japon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>