This is (not?) J-Pop : the Polysics

Ce qu’il y a de bien, avec la pop japonaise , c’est que c’est pas de la musique à se prendre la tête. C’est immédiatement marrant, décalé, jouissif, et souvent complètement premier degré (dans le bon sens du terme). bref, idéal pour se défouler ou s’amuser un vendredi soir après une semaine de boulot.

C’est pourquoi j’en écoute régulièrement, avec un plaisir un peu coupable, sans comprendre un mot des paroles, mais sous le charme de leur sens de l’autodérision, de leur look souvent improbable, et de leur (mauvais) goût assumé. Tout ce que je recherche pour passer un pur moment de rock’n'roll.

Des artistes aux styles aussi différents que Cornelius, Pizzicato Five, Fantastic Plastic Machine, Towa Tei, et les Polysics, j’en redemande. Ils ont en commun une candeur rafraîchissante, et un rare talent pour synthétiser, à leur manière, tout ce qui me plaît dans la pop occidentale : les guitares lourdes de Black Sabbath ET le dadaïsme de Devo ET l’esprit punk de Gang of Four ET l’élégance de Gainsbourg ET les synthés de Kraftwerk etc etc… Avec en plus : l’électro héritée de Yellow Magic Orchestra, la culture manga/anime, le goût pour les musiques de jeux vidéos, et le sens de la fête.

Ce joyeux cocktail de culture populaire et d’avant-garde renouvelle complètement mon regard blasé, et chaque fois que j’entends un de leurs singles, je me surprend à hocher la tête et à taper du pied, un sourire béat aux lèvres.

Pour commencer cette série de billets sur mes groupes préférés de J-Pop, et autres avatars nippons, voici les… Polysics, ce que j’ai entendu de plus marrant, crétin (mais étudié) donc parfaitement rock’n'roll depuis un moment.

Bon une biographie? Bof, il y a Wiki ou AMG pour ça. Moi, c’est leurs clips rigolos avec musique abrasive (qui nettoie le cerveau) qui m’ont accroché. Depuis, quand j’ai un moment de doute, je me repasse les vidéos de la bande à Hiroyuki Hayashi, le guitariste monté sur ressorts, dont voici quelques-uns de leurs récents délits…

Pour commencer, la Vidéo qui me les a fait découvrir, un peu par hasard, et j’ai été scotché. Notez la petite danseuse, qui est un effet spécial à elle toute seule… Le titre contient des samples de musique de Lupin III, comme quoi, c’est vraiment un gimmick cet anime…

Ensuite, un moment live, bon moyen de vérifier qu’ils assurent vraiment sur scène :

Le délire continue, dans cette vidéo sous amphètes qui mélange le style punk pas sérieux (c’est presque du Plastic Bertrand ou du Nina Hagen!) et les dissonances à la Devo (Devo, leur influence n°1 assumée, y compris pour le look).

Je vais pas en mettre des tonnes, après, leurs vidéos sont assez faciles à trouver, et puis bon, c’est plus amusant d’aller soi-même à la découverte… Bon, je vous laisse, je vais me repasser Polysics/Lupin en boucle, histoire de bien commencer le week-end. La prochaine fois, Ce sera Cornelius ou Pizzicato Five, for something totally different (quoique…).

This entry was posted in archives, musique and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to This is (not?) J-Pop : the Polysics

  1. Pix says:

    Polysics est un de mes groupes préférés, c’est ultra rythmé et très punchy.

    Par contre je ne sais pas si tu le sais, mais Kayo (au synthé) a malheureusement quitté le groupe y a peu de temps. Ca va faire un vide :( .

  2. shinmanga says:

    Sympa le petit article d’autant que je ne connais pas quelques uns de artistes cités, j’irais voir! merci pour les nouvelles découvertes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>