101ème billet, Paris, derniers achats, et hop, 2011.

Dans quelques heures on sera en 2011. Je ne l’ai pas fait exprès, mais ça coïncide avec mon 101ème billet. Soit, depuis le 5 septembre 2010, presque un par jour. C’est à cause de vous ! J’en profite pour vous remercier de votre assiduité, de votre intérêt et de vos réactions, quelles qu’elles soient. Le newbie restera un newbie (question d’attitude), en espérant être encore avec vous pendant les prochains 365 jours. Sinon, quoi de neuf? Rien, enfin, vous ne voulez pas quand même que je vous raconte mon dernier saut à Paris? Si? Ah bon. Bon.

Or donc, profitant lâchement du souhait de Mackie Junior d’aller passer la journée à Paris, sous le prétexte opportun de visiter le Palais de la Découverte, j’avais programmé quelques haltes dans mes échoppes asiatiques habituelles.

Premier passage chez Tang (obligé), avenue de la Porte d’Ivry, pour renouveler mon stock de basiques : sauces diverses et variées, champignons (non, pas halu : shiitaké), épices et condiments, dont l’indispensable citronnelle, et surtout, un nouveau wok, le premier ne suffisait plus, il m’en fallait deux pour cuisiner convenablement !

Puis, les estomacs réclamant récompense, un saut vers le quartier japonais de Paris, pour y manger nippon. Mais sur place, pas simple de trouver ce qu’on cherche ! Ce n’est pas que les restaurants manquent, dans la zone de la rue Ste Anne, mais pour la plupart, il y avait la queue sur le trottoir ! Avec ce froid ! En plus, déception, le Kintaro de la rue St Augustin était fermé… Salle vide, papelards sous la porte, pas de mot d’explication… J’espère me tromper, mais ça ressemble à une fermeture définitive, ça… Renseignements à prendre…

Sapporo, Higuma, inaccessibles. Trop de monde. On s’est rattrapés sur Aki, rue Ste Anne, spécialité d’okonomiyaki, ces sortes de tortillas japonaises avec plein de trucs dedans. C’était bon, copieux et pas cher. Et spectaculaire : faut voir les flocons de bonite s’agiter avec la chaleur… On dirait que ce plat est vivant ! Je recommande. Et j’ai ramené la recette pour la refaire chez moi.

Derniers achats avant de quitter le quartier : un tour chez Kioko pour les soba, la pâte miso et le mirin, et pile en face chez Komikku (merci à Plumy pour cette adresse), chouette petite boutique 3/4 mangas, 1/4 boîtes à bento, accueil super sympa et zou, j’ai enfin acheté les derniers volumes de Monster, que je vais enfin pouvoir finir.

Retour maison devant l’ordi. Je regarde les nouveaux articles de la blogosphère. Des tops 5, des rétros, des classements… Euh, je n’ai pas vu ni lu assez de choses pour me livrer à un tel exercice. Et puis, franchement, classer ou noter des oeuvres de création, désolé, je ne peux pas. Déjà, je ne vois pas selon quels critères. Je ne suis pas mangaka, ni même critique, juste un newbie, voyez. C’est à dire un amateur. Ne me demandez donc pas de vous fournir une rétrospective qui fera date. Je continuerai en 2011 à faire comme je fais : écrire quand j’en ai envie, à propos de ce que j’ai envie de partager.

Allez, je vous laisse, profitez de ces quelques heures avant les douze coups pour penser à autre chose, et comme moi, occupez-vous de ceux qui vous sont chers. Rendez-vous l’année prochaine !

This entry was posted in archives, blabla, cuisine and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to 101ème billet, Paris, derniers achats, et hop, 2011.

  1. Gemini says:

    Les okonomiyaki du Aki sont bons, mais ne valent pas ceux que j’ai mangé à Kyoto ; au Japon, les restaurants spécialisés dans ce plat (et ses nombreuses variantes) disposent de tables chauffantes : le serveur apporte l’okonomiyaki sur la table, et tu récupères des morceaux au fur et à mesure alors qu’elle reste bien chaude.

    Tu es probablement « trop vieux » (désolé) pour l’avoir remarqué à l’époque, mais l’okonomiyaki a un rapport étrange avec l’animation japonaise diffusée en France. Dans plusieurs séries – au moins deux : Ranma 1/2 et Lucile, Amour, et rock’n Roll – des personnages tiennent des restaurants d’okonomiyaki. Seulement, déjà que 1) les noms japonais étaient changés pour ne pas perturber nos chères têtes blondes et 2) j’ai vu des onigiri traduitent en « sandwich au poulet » dans Le Collège Fou Fou Fou, aucune chance que les traducteurs de l’époque n’aient gardé un mot aussi compliqué. Surtout que bien souvent, ils traduisaient d’après la version italienne… Bref, dans ces séries, les personnages tenaient… des crêperies ^^’

    • Mackie says:

      Je n’ai jamais vu ces séries, encore que Ranma 1/2 est je crois considéré comme un classique. Un jour, peut-être… Bon, l’okonomiyaki, promis, quand j’en fais, je photographie et je mets en rubrique cuisine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>