Basse-ville (1)

Ce billet est né de ma jalousie. Cela fait des mois que j’admire les travaux photographiques d’au moins deux de mes consoeurs blogueuses, pour ne citer que l’une qui capture de précieux instants de ses voyages, et l’autre qui utilise son objectif comme un pinceau à calligraphier. Et moi alors? Je ne saurais donc rien faire de mieux, qu’écrire le résultat de mes cogitations de consommateur de produits culturels?

Et bien, à vous de juger. En faisant de l’ordre dans mon disque dur, je suis tombé sur une grande quantité de photographies, prises dans le cadre de je ne sais plus très bien quel projet inabouti, et dont je vous propose une série de sélections thématiques. Ce sont des photos de ma ville, prises pendant une période de chômage il y a deux ans, il ne faisait pas très beau bien que ce fût le printemps, et j’utilisais exprès un appareil numérique première génération (faible résolution, pas de zoom) pour créer un effet de flou relatif, avec un « grain » approximatif et des contrastes non maîtrisés. Un genre de filtre Instagram avant la lettre, quoi. J’espère que ça vous plaira.

J’ai trié mes photographies par sujet, en commençant par celui-là : la rivière. C’est l’Eure, petite rivière paresseuse qui forme une moitié du nom de mon département, qui stagne plus qu’elle ne coule sous des ponts médiévaux, et qui reflète les maisons penchées de mon voisinage, sorte de mini Amsterdam en plat pays qui est le mien : la Beauce. Ne cherchez pas ici de célèbre Cathédrale : mon quartier a bien plus à montrer à ceux qui prennent le temps de s’y perdre. Impasses, écluses, ponts, escaliers, passages… Je laisse aux touristes et aux notables les boulevards jeanclaudedecauïsés de la ville haute. Mon Chartres à moi, c’est la basse-ville. L’ancien quartier des juifs, des putes, des blanchisseuses et des tanneurs, a aujourd’hui encore une réputation mitigée, à cause de la mixité sociale, et de l’humidité. A cause de la rivière, donc, par ricochet. Assez parlé : la voici.

Du Pont Taillard, vue sur le Pont Saint Hilaire, au fond.

Ponts, arcades et reflets se mélangent. Lieu idéal pour des pêcheurs.

Non loin de là, mais un autre bras de l’Eure. On change d’ambiance, presque d’époque.

Je n’ai jamais su à quoi servait ce « mobilier urbain ». Si quelqu’un pouvait me le dire…

Terrasse ou embarcadère? Ou jardin d’hiver?

Sous le pont routier, limite du quartier, une escadre de pédalos. Pas vu de capitaine…

La prochaine fois, on ira frapper aux portes.

This entry was posted in blabla and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

10 Responses to Basse-ville (1)

  1. Pingback: Basse-ville (2) | Les chroniques d'un newbie

  2. Pingback: Basse-ville (3) | Les chroniques d'un newbie

  3. sedna says:

    bonsoir ^^
    allez je me lance pour une fois que je parle sur un blog ^^ mais là, l appel photographique est la plus forte ^^
    La preuve que l’on peut faire des photos sympas sans matos de pro ;)
    la dernière est tout à fait magnifique :) de par sa composition ^^
    j’espère que tu continueras à nous ravir de tes clichés

    • Mackie says:

      ton commentaire est très indulgent, merci.
      un « basse-ville 3″ est en préparation.

      sais-tu que mon badge « sama awards » a fait des jaloux? on m’a demandé où je l’avais eu ;-)

  4. Thôt says:

    Marrant de chercher des chroniques de lecteurs pour mes achats de manga en bibliothèque et de tomber sur des photos de Chartres, tout près de là où j’habitais en plus!

    Merci pour ces belles photos, merci pour les chroniques

    Thôt
    (ex-chartrain, toujours bibliomangathécaire)

    • Mackie says:

      marrant effectivement, et sympa, quand en plus je suis gros client du rayon mangas de la médiathèque de Chartres ;-)
      comme quoi il y a une vie manga en Eure-et-Loir !
      merci pour ton commentaire.

  5. Thôt says:

    Alors moi j’étais pas à la médiathèque municipale, mais à la médiathèque départementale, qui aide le réseau des petites bibliothèques (communes de – de 10000 hab) de l’eure-et-loir. Du coup, si tu veux encore plus de mangas et que tu vas un peu en campagne, inscris-toi dans l’une des bibliothèques des petites communes voisines comme Morancez, Saint-Prest, Champhol… Tu pourras leur demander s’ils font partie du réseau de la Bibliothèque Départementale de Prêt (mes infos datent un peu), et si oui, si tu peux leur demander des mangas à la douzaine.
    Normalement y’a de quoi se faire plaisir (je suis dans l’Orne, actuellement, on a pès de 5000 mangas dans le fonds, et j’en achète + de 600/an…)

  6. Pingback: Balade dans Chartres en lumières | Les chroniques d'un newbie

  7. Pingback: Basse-ville (4), neige | Les chroniques d'un newbie

Répondre à Mackie Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>