Pas fini : Chroniques de la guerre de Lodoss

Bon, jusqu’à présent j’ai plutôt fait part de mes avis positifs sur des séries, des films ou des mangas qui m’ont plu, voire que j’ai adorés, mais quand on est un newbie, on a tout à découvrir, on pioche au hasard ou on suit les conseils des uns et des autres, et forcément, on s’expose à des déceptions.

J’avais lu le plus grand bien de la série Chroniques de la guerre de Lodoss, et étant fan de Tolkien (livres et films) et ancien joueur occasionnel de Donjons et Dragons, il semblait que cette série avait tout pour me plaire. Désolé, ne le prenez pas mal, mais pour moi Lodoss contient tous les défauts qui me paraissent rhédibitoires dans un anime : dessin, animation, scénario, mise en scène, tout est au rabais. Je n’ai pas pu finir la série. C’est la première fois que ça m’arrive.

Wouah, j'ai rêvé que chaque fois que je voulais faire un pas, il y avait un type qui lançait des dés et ça décidait de ce que j'allais faire... ça se peut pas, hein?

L’histoire :
Les dieux se sont fait la guerre. Le monde en est resté dévasté.Coupé entre deux continents, dont celui de Lodoss, où les hommes, les elfes et les nains tentent de survivre aux forces du mal, qui causent guerres et dévastations (ça vous rappelle quelque chose?). Dans ce chaos, Parn, un villageois (mais héritier d’un preux chevalier) doit partir à l’aventure, et rencontre au cours de ses pérégrinations de nouveaux compagnons : une elfe de la forêt, un prêtre, un magicien, un guerrier nain et un voleur. Le groupe ainsi constitué va traverser bien des aventures et se dresser contre les forces du mal, pour sauver Lodoss.

Ce que j’en pense (et pourquoi j’ai arrêté en cours de route) :
C’est du sous-sous-sous-Tolkien, de l’heroic fantasy décalquée sur le moule Donjons et Dragons, avec tous les clichés habituels : rien ne nous est épargné. On a comme d’habitude : une guerre entre le bien et le mal, un groupe de héros aux caractaristiques complémentaires qui se met en marche pour sauver le monde, de la magie et des combats avec dragons, bref… aucune originalité. Idem pour les personnages : je vous jure que je n’invente rien, les « gentils » sont : un chevalier, + un prêtre, + un magicien, + un voleur, + une elfe et + un nain, à croire que « l’histoire » a été écrite au hasard d’une soirée de jeu de rôles, par un dungeon master débutant et ses potes… Les péripéties n’ont ni queue ni tête, simples prétextes à un enchaînement de combats stéréotypés; mais au bout de trois épisodes on s’en fout déjà complètement. C’est vraiment dommage, je n’ai rien contre le principe de l’heroic fantasy, au contraire comme je l’ai dit plus haut je suis fan de Tolkien, Moorcock, Gemmel et autres, mais là, non. y a des limites.

Je suis le héros, et je vais sauver le monde. Non, ne partez pas!

Ensuite la réalisation. Euh… je vais essayer d’éviter les gros mots. D’accord, Chroniques de la guerre de Lodoss date de 1990, mais est-ce suffisant pour expliquer la pauvreté de l’ensemble? A l’époque, pas si lointaine d’ailleurs, on avait déjà des séries dont le design, l’animation et le scénario étaient autrement relevés.

Le générique est pourtant bien fait, avec des plans fixes de batailles entre dieux, dans un style certes très kitsch mais bon, une esthétique wagnérienne assumée qui laissait entrevoir une certaine vision artistique… Mais dès la fin du générique, patatras, on tombe dans le méga cheap, toujours des plans fixes, vous savez, on fait bouger des décors de droite à gauche ou de gauche à droite pour donner l’illusion du mouvement… Et c’est comme ça presque tout du long… Après un pareil opening on tombe de haut.

Les personnages sont affligeants de banalité, les attitudes sont irréalistes… les méchants ont des rictus (sourire tordu et/ou regard impénétrable), les combats sont répétitifs (toujours pareils : trois coups d’épée et dzing, un éclair de sang rouge ou blanc, et c’est fini) enfin je préfère arrêter, sinon je vais paraître très lourd…

Et moi je suis le méchant, au cas où un doute subsisterait.

Un dernier mot sur la musique, qui ne relève en rien le niveau de la production. Apparemment composée et jouée sur synthés bontempi « music partners », avec l’option « faux vrais instruments » enclenchée de temps en temps. Quand ça ne bastonne pas, on a droit à une mélodie genre baroque avec clavecin, c’est du meilleur effet (une musique façon 17ème siècle pour illustrer une histoire médiévale… mais au fond pourquoi pas, on n’est plus à ça près…).

Moi Aragorn, toi Arwen. Tu veux être ma reine?

Bref, je n’ai pas pu finir. Chroniques de la guerre de Lodoss est pour moi une grosse déception, j’en attendais vraiment autre chose vu le succès que cette série a rencontré, comme quoi faut pas se fier à l’audimat, à l’avenir je me méfierai.

This entry was posted in anime, archives and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

9 Responses to Pas fini : Chroniques de la guerre de Lodoss

  1. Ileca says:

    Il ne te reste plus qu’à regarder les Tales of … pour comprendre à quel point la fantasy dans l’animation japonaise est encore plus laborieuse que la SF. (A part Escaflowne, je n’ai vraiment pas beaucoup de noms à la bouche qui me viennent.)

    Et puis, on regarde Lodoss pour Deedlit, non ?

    • Mackie says:

      Oh, Escaflowne se laisse regarder, c’est limite tartignolle mais au moins il y a une histoire, un univers original et de vrais personnages… Tandis que Lodoss… Quant à Deedlit, bon, ouais, elle est mimi mais pas à tomber, en tous cas pas assez pour que je regarde jusqu’au bout..

  2. Yon says:

    je pense que pour apprécier la série il aurait fallu la regarder lors de sa sortie en France (en 1994 je crois) ou dans les années qui ont suivi, à l’époque c’était une révolution! Maintenant forcement en 2010…^^;
    Pour la qualité eh bien je pense que c’est tout à fait respectable pour l’époque, des séries sorties des années après sont parfois bien pire (genre Outlaw Star sortit en 1998, le pauvre a du coup eu le droit à un ravalement de façade)

  3. Namkca says:

    Autre oeuvre de fantasy japonaise : Slayers. J’ai quelques amis, fan de littérature fantasy pour certains, qui sont absolument fan de cette (longue) série !

  4. Sirius says:

    Ah ben ça rejoint mon impression. Cette série semble assez culte comme elle est mise en avant mais pour ce que j’en ai vu du premier épisode j’avais vraiment le sentiment d’avoir affaire à du fantasy classique de bas de gamme.

  5. Fujikujaku says:

    Hmmm…je me rassure de ne pas être la seule qui n’ai pas pu terminer la série. J’avoue m’être endormie quelque part vers la fin… XD

    Peut-être que je tenterai de nouveau plus tard, mais j’ai comme de gros doutes. Dommage, parce que les personnages d’Ashram et Pirotess étaient quand même largement plus intéressants que les héros…

    • Mackie says:

      @Yon : pour moi le problème est que Lodoss manque cruellement d’idées, d’imagination et de qualité de finition, et ce n’est donc pas un problème d’époque… D’autant que j’aime beaucoup de choses qui se faisaient en anime et en manga dans les années 80-90, et même avant, comme je le montre dans pas mal de mes billets.

      @Namka : mouais, mais le design est trop kawai pour moi, désolé !

      @Sirius & Kujikujaku : preuve que « culte » est une notion toute relative, sinon vide de sens, car elle n’explique rien… J’ai été dur dans mes jugements sur Lodoss, je le reconnais, mais c’est argumenté. Et donc oui, je suis d’accord avec vous !

  6. Pingback: Newbie, c’est deaf note et top sans | Les chroniques d'un newbie

  7. Pingback: The Sama Awards : and the winner is… | Les chroniques d'un newbie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>