Astro Boy, le robot le plus fort du monde – Osamu Tezuka

Osamu Tezuka a beau être reconnu comme le père du manga, son oeuvre n’est pas bien distribuée en France. Plusieurs éditeurs se la partagent, Delcourt, Glénat, Asuka, Tonkam, Kana pour n’en citer que quelques uns. Collections dispersées et formats disparates, parfois en sens de lecture « occidental », donc avec inversion des planches! Tout cela ne facilite pas la découverte.

Récemment, Kana a lancé une nouvelle édition anthologique (donc incomplète) de l’oeuvre phare de Tezuka, Astroboy alias Tetsuwan Atomu. L’occasion d’aller voir la source d’inspiration du  Pluto d’Urasawa : « Le robot le plus fort du monde ». L’histoire :
Pluto est un robot surpuissant dont la mission est de surclasser tous les autres robots, et pour cela il doit vaincre un par un les plus forts d’entre eux. Il gagne tous ses combats, jusqu’à affronter Astro. Celui-ci ne survit que grâce à l’intervention de l’énigmatique Docteur Tenma, un robot ne pouvant tuer un humain. Mais d’où vient le terrible Pluto? Quel est le sens de sa mission? Qui se cache derrière?

Ce que j’en pense :
Ironiquement, ce manga prévu pour enfants est publié aujourd’hui dans la collection Sensei, qui chez Kana concerne le public adulte, au moins trentenaire… Il est vrai que le style du Tezuka des années 50/60 doit sembler bien dépassé au lectorat cible du manga d’aujourd’hui, les ados. Pourtant c’est ici que tout à démarré, et force est de constater que Tezuka sait à merveille raconter une histoire, et user de tout l’espace d’une planche pour accrocher le lecteur : souplesse du dessin, dynamisme du découpage, cadrages cinématographiques et images chocs qui s’enchaînent avec efficacité et cohérence, c’est une vraie leçon, donnée ne l’oublions pas il y a cinquante ans !

Evidemment c’est un manga pour enfants. Le propos est donc simple, sans nuance, Tezuka crée une aventure pleine d’action, mettant en scène des robots combattants pour mieux diffuser son message humaniste et non violent.

Signalons au passage qu’il invente le thème du combat de robots, si exploité après lui par les autres mangakas. Pour tout passionné de manga, c’est donc une lecture indispensable.

Je précise que ce volume, d’un format agrandi, rend hommage au dessin de Tezuka, ce qui le rend très agréable à lire.

Ceci dit, Astroboy risque de décevoir le public moderne, et l’arc narratif du volume 5, bien que cohérent, convoque des personnages d’autres aventures, et ce n’est pas facile de le lire isolément. A moins d’avoir conservé ses yeux d’enfant.

This entry was posted in archives, manga and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Astro Boy, le robot le plus fort du monde – Osamu Tezuka

  1. Pingback: Pluto – Naoki Urasawa, d’après Osamu Tezuka | Les chroniques d'un newbie

  2. Pingback: Falllait-il éditer « Ma vie manga », d’Osamu Tezuka? | Les chroniques d'un newbie

  3. Pingback: Ayako, d’Osamu Tezuka | Les chroniques d'un newbie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>