Un newbie à Japan Expo : 1 – samedi

Intuition? J’avais mis mon réveil à 6h. Je me suis levé à 5h. Putain il fait encore nuit. Mais grâce à cela j’ai pu choper le bon train et non celui dont j’avais mal noté l’heure et qui de toutes façons ne roule même pas le week-end. J’ai horreur de me lever tôt. Toute cette pression… Mais ça m’arrive de plus en plus vu l’âge approchant, faudrait que je me fasse une raison. En tous cas cette fois, ce fut plutôt une bonne chose. 8h, métro. Il y a des cosplayers sur les deux quais. Ce qui veut dire que certains, forcément, partent dans la mauvaise direction. Bof, pas grave. Quelque chose me dit qu’on ne va pas manquer de Zelda et de Luffy à Villepinte. RER Denfert, je sympathise avec mes voisins de rame. Erio, étudiant cosplayé en soldat dark fantasy, m’explique qu’il porte une épée véritable parce qu’il participe à des courts métrages inspirés de RPG. Stéphanie, de Mididentelle, dit qu’elle vient pour voir Keiji Inafune et Professeur Sakamoto. Je leur souhaite bonne chance, on risque pas tellement de se recroiser par la suite…

9h, arrivée. Je récupère le précieux sésame à l’accueil porte 3 encore désert, et prends connaissance des lieux. C’est comme je m’y attendais : un flux se dirige déjà vers des stands répartis le long du hall, un bref coup-d’oeil me confirme que 75% d’entre eux sont des marchands de goodies, ok ça va me simplifier la visite. Finalement, quand on élimine la merde d’entrée, Japan Expo, ce n’est pas si grand que ça. Au stand de Total Manga, Jean-Marc Boyer et le reste du staff m’accueillent avec le sourire, ok pour squatter avec mon sac à dos. Je peux commencer mes pérégrinations sans menacer plus longtemps l’état de mes pauvres lombaires.

Rapidement, je m’aperçois d’un des ennuis collatéraux du port du badge presse : côté pile, il arbore un gros logo Japan Expo jaune et rouge, du coup des tas de gens me prennent pour un membre du staff et me demandent où se trouvent : Nolife, le Joueur du Grenier, les toilettes, le vestaire cosplay etc… ouais, allez, je fais ma B.A., si je veux ma place au paradis, autant racheter les mauvaises pensées qui me traversent l’esprit à cet instant précis. J’évite les croisements d’allées centrales, où s’agglutinent déjà des hordes de free-huggers qui me font penser à autant de zombies, avec cette même intelligence dans le regard. J’arrive au stand Ghibli, seul endroit où j’avais programmé de lâcher quelques euros en gadgets, et déception, tout est déjà vendu ou presque, à part quelques CD et DVD. Pour la peluche Jiji, c’est raté. Mais le responsable me glisse que certains objets d’expo seraient proposés au fil de l’eau d’ici dimanche soir… Bon, je tenterai ma chance. En attendant il me reste à admirer les vitrines, en fait il n’y a pas beaucoup de choses à voir, mais quand même le modèle de Gunship de Nausicaa a de la gueule, et la maquette de l’établissement de bains de Chihiro est jolie aussi. Je louche sur les tee-shirts, celui de Chihiro, avec le fantôme sans-nom, me plaît bien. Ah, si seulement… suspense.

Je découvre très vite un second avantage du badge : l’accès aux salles presses, havres de paix et de silence où je me poserai de temps à autres, et où je ferai de nombreuses connaissances. Parfois inattendues, comme celle de Christopher Macdonald, président d’Animenewsnetwork. C’est aussi l’endroit où on voit passer les vedettes, comme Flow, ou Kyary Pamyu Pamyu – pas ma tasse de thé, mais quand elle passe, l’effet est assez psychédélique. Ça fait un peu mal aux yeux à cause des couleurs. La salle du bas me servira de cantine (pas sûr que ce fut sa destination originelle, mais bon), mais par-contre, appeler « Espace VIP » une pièce avec huit tables et même pas un distributeur de café, c’est un peu fort. Au moins, pas besoin de faire la queue pour aller aux toilettes.

Oui, on sait, t'es content !

Peu avant 11h, je retrouve Paul Ozouf alias Ramza alias Paoru sur le stand Total Manga, j’en profite pour lui remettre enfin son Sama Award du meilleur reportage – il arborera le badge Sama tout le week-end, et après quelques présentations, on s’installe pour mon premier job du week-end : l’interview de Glou, Yasmine et Dayhne Binatai, piliers de l’ex magazine de prépublication Akiba Manga, et aujourd’hui co-auteurs du très beau « Japon, un an après » chez Kazé. On y retrouve d’ailleurs certains des mangakas d’Akiba, mais j’y reviendrai lors de la future retranscription ici-même. Je précise que l’interview est bien sûr réalisée pour le compte de Total Manga, et ce que j’ignorais et que je découvre dans le feu de l’action, c’est que nous sommes filmés par KZTV. Entre les questions, nombreuses, et les réponses, longues, et avec trois invités, on a bien tenu 40 bonnes minutes. Je voyais Jean-Marc Boyer passer souvent, voir si on ne débordait pas… Remerciements à Jean-Baptiste Bondis pour avoir pris des photos avec mon vieil appareil, qu’en plus il m’a rendu.

Et voilà, midi passé… je n’ai plus d’obligations, je peux aller où j’ai envie. J’en profite pour faire un saut sur le stand de l’ami Loudde (non, pas Miloud), où se projette en exclusivité la dernière merveille de Raconte-moi un manga : leur géniale recréation de One Piece, visible ici ! Et je rappelle que leur 20th Century Boys est également visible. Sur le stand, malheureusement desservi par la proximité très bruyante d’activités cosplay et karaoke, on peut voir en continu différents épisodes de leurs créations, comme Full Metal Alchemist ou Dragon Ball (celui-là particulièrement drôle). Et se faire photographier sur fond vert, pour un montage Wanted qui sera dispo prochainement sur leur forum, ou sur leur FB, ou les deux.

Le temps passe et je dois avoir une horloge dans le crâne, car malgré l’incrédulité de certains, on peut très bien vivre et même s’organiser sans montre et sans téléphone mobile, la preuve. Faut juste ne pas être trop distrait, comme par exemple un certain  newbie qui croit s’asseoir en salle de conf pour Haruhiko Mikimoto, et qui s’installe en fait pour les châteaux japonais. Il me faut bien 30 secondes pour comprendre que le sujet n’a rien à voir avec Macross, même de loin, et c’est en dernière seconde que je rejoins le bon endroit, pour me retrouver installé… à côté de Pazu, Tetho, et toute la bande. Ça c’est un truc magique dans la foule de JE : un instant t’es tout seul, paumé, et l’instant d’après t’entends des « hé ! Mackie » et tu te retrouves avec des connaissances. La conférence de monsieur Mikimoto est intéressante, enfin, je veux dire surtout lorsque monsieur Mikimoto parle – comprenne qui pourra – vu que monsieur Watanabe, son éditeur quand même, n’a droit à la parole que quarante minutes après le début. Dur dur. Pas étonnant de le voir dodeliner de la tête à une ou deux reprises. Sur le contenu, je m’étendrai plus tard, car… non, vous le saurez demain, lors du compte-rendu de dimanche. Là, nous sommes encore sur le samedi, et je me contenterai de citer deux perles dont je tairai le nom de l’auteur : « Quel est le rôle de Monsieur Watanabe, à part de rappeler les délais? » (sic) et « Gundam, où les jeunes filles sont quand même plus habillées que dans Gunbuster. » Wow, ça c’est de l’info avec plus-value.

Maintenant, faut assumer.

Truc magique ou pas, après la conférence j’ai reperdu mes camarades dans la foule – j’apprendrai le lendemain qu’ils ont réussi à interviewer Makoto Shinkai, et même à repartir avec des trésors inattendus. Quoi d’autre? oh, après c’est encore plus anecdotique que ce que je vous ai raconté de mes aventures jusqu’à présent… Des achats, notamment chez Sakka où je me fais alpaguer par le photographe du stand, qui m’affuble d’une toge, d’une couronne de lauriers en plastique et d’un sèche-cheveux, et hop, voilà, même le newbie aura cosplayé ce week-end ! J’ai un peu grincé des dents quand le photographe renonce à me passer la ceinture, et ils s’y sont mis à deux pour me retirer l’ensemble, en même temps, z’avaient qu’à prévoir une taille pour les newbies d’1m85 et 105 kilos. Pff. A 17h, je rejoins Paul en salle de presse, en principe pour préparer les interviews du lendemain, mais il est avec Dara, l’auteur d’Appartement 44, alors je m’installe à côté pour écouter en attendant. On croise quand même Victoire de Montalivet, l’attachée de presse de Ki-oon, comme ça dimanche j’arriverai tranquille pour l’interview de 13h30. Et il ne reste plus qu’à me poser avec les amis de Plumes, Paul, Dany, Charlotte, Tatiana, Angela et Alex, devant un verre d’ice-tea (en ce qui me concerne – je n’ai pas vérifié le contenu de leurs verres) avant de traverser une Japan Expo désertée de sa foule et même de son staff, espace devenu fantômatique, presque irréel, manquant de me faire écraser par des chariots ou tapant la discusse avec les vigiles.

Demain, dimanche, la journée sera chargée…

This entry was posted in actualité, anime, blabla, manga and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

17 Responses to Un newbie à Japan Expo : 1 – samedi

  1. Pingback: Du retard dans mes tomes 1 (et pas seulement) | Les chroniques d'un newbie

  2. Ramza says:

    Joli compte-rendu au fil de l’eau, ça me donne envie d’aller taper le mien tiens, qd j’aurais fait le tri dans les photos. Vivement la suite :)

    Et encore ravi d’avoir pu bavarder, échanger, trinquer avec le newbie !

    PS : Mais c’est quoi cette tronche que j’ai sur la photo je vous jure, on dirait que j’ai pris la pastèque avec mon diplôme -_-. En tout cas j’espère qu’on pourra voir le badge sama awards sur Kazé TV ;)

  3. FFenril says:

    Go! Go! Newbie ! :)

    … Je crois que la photo en toge mérite un award internet, c’est assez incroyable là…

    (Sinon, comme je comprends, plussoie, et rage encore pour Mikimoto T____T)

  4. Babatus says:

    C’est vrai que la pédanterie d’une certaine personne pendant les conf’ Mikimoto tendait vers l’insupportable, entre les « Megazone 23/Orguss, c’est des oeuvres totalement inconnues en France, presque personne n’a dut voir dans cette salle pauvres incultes » ou les digressions à la moindre occasion sur la nouvelle adaptation de Starship Troopers / l’ost de GITS SAC , histoire de bien étaler la confiture … Tout cela pour finir sur des « désolé, on a plus beaucoup de temps pour les questions » :/

  5. Pazu says:

    On m’a aussi pris pour un membre du staff alors que cela ne m’était jamais arrivé aux éditions précédentes. Cependant, pour les 2 fois, c’était de jolies demoiselles en détresse donc mes pensées étaient loin d’être assassines ;)

  6. mars says:

    Whaou!
    Très beau résumé et super bien illustré en image ou en lien.
    J’espère quand même que tu a pris plaisir a visiter le salon.

    T’es mignon en grec ^^

    Vivement la suite

  7. Rukawa says:

    osef.
    vous n’êtes qu’un père indigne qui n’a même amené son enfant à la japan expo !
    je suis sûr que vous ne lui avez même pas acheté un manga One Piece en souvenir :(

    • Mackie says:

      je lui ai acheté « 1000 vents, 1000 violoncelles » de chez Nobi Nobi, et là il court partout avec un masque de Beelzebub.

      je ne devrais même pas répondre à quelqu’un qui viole le 1er commandement de ce blog : « le newbie tu ne vouvoieras pas »

  8. Corti says:

    Tiens, j’y étais aux conf’ de Mikimoto, mais je ne t’ai pas vu à côté des autres. En même temps, je n’ai pas vérifié plus que ça qui y était.

    Et puis bon… Pour les deux confs, je me suis cassé au bout de 10/20 minutes tellement je trouvais ça chiant.

    Celle de Shinkai était déjà bien plus sympa.

  9. Pingback: Un newbie à Japan Expo : 2 – dimanche | Les chroniques d'un newbie

  10. Pingback: Japan Expo 2012 – Compte-rendu plein de superlatifs (partie 1) | FFenril.info

  11. Pingback: Deux ans de chroniques (avec sursis) | Les chroniques d'un newbie

  12. Pingback: Un newbie à Japan Expo Centre | Les chroniques d'un newbie

  13. Pingback: Mon premier Paris Manga, t’entends? hein? je disais : MON PRE-MIER PARIS MAN-GA! | Les chroniques d'un newbie

Répondre à Rukawa Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>