Bubblegum Crisis : Megatokyo 2032

Vous aimez les anime avec des filles, des méchas, et des filles en méchas qui sauvent le monde… moi aussi. Dans le genre, Bubblegum Crisis est un must. Vous ne connaissez pas? rôôôô… bon ben je vais vous présenter la chose.
Il est vrai que Bubblegum Crisis est né en 1987, ce qui fait que certains d’entre vous n’étaient même pas nés… mais sachez que l’OAV initiale a rencontré suffisamment de succès pour engendrer des suites, des préquelles, des séquelles, un remake, le tout constituant un univers cohérent et complexe, qui se décline aussi en mangas, comics U.S., fanzines, figurines, dvd collectors, cosplay et tout le tralala. Les amateurs de cyberpunk considèrent cette série comme un classique, et on peut dire qu’elle a fait date dans l’histoire de l’anime, au même titre que Macross saga, par exemple.

Pour  être précis, l’univers Bubblegum Crisis comprend :
- Bubblegum Crisis : MegaTokyo 2032, l’OAV initiale (1987, 8 épisodes)
- Bubblegum Crash : Megatokyo 2033, la suite (1991, 3 épisodes)
- AD Police Files, une préquelle (1990, 3 épisodes)
- Bubblegum Crisis : Tokyo 2040, un remake de l’OAV initiale, sous forme de série TV (1998, 26 épisodes)
- AD Police, une nouvelle série TV dérivée (1999, 12 épiodes)
- Parasite Dolls, une OAV dérivée d’AD Police (2003, 3 épisodes)

Tout çà ! ouf!

Aujourd’hui, je me concentrerai sur Bubblegum Crisis 2032. L’original.

L’histoire :
Tokyo a été détruite par un effroyable tremblement de terre en 2025. Grâce à une nouvelle technologie, la biocybernétique, sur ces ruines a été reconstruite une nouvelle ville gigantesque, Megatokyo. Cette technologie est le monopole d’une multinationale géante, la GENOM. Elle produit en masse des boomers, sorte de robots normalement sans âme mais contenant des éléments biologiques (notamment un coeur, donc du sang).

Les boomers sont les nouveaux esclaves des humains : on les utilise pour tous les travaux difficiles ou pénibles, sur les chantiers, les exploitations minières, les usines, mais aussi comme vendeuses de magasins, serveurs, gardes du corps, balayeurs, et même comme… prostituées. Dans ce cas, leur apparence est évidemment, euh, adaptée.
Le problème, c’est qu’ils sont placés sous le seul contrôle de la GENOM. Et que, régulièrement, des boomers deviennent fous, et s’attaquent aux humains…
Une unité de police spéciale, l’AD Police, est alors créée pour traquer les boomers fous ; mais mal dirigée, elle reste peu efficace. A noter que son « sponsor » principal est évidemment… la GENOM…
C’est alors qu’interviennent un groupe de quatre jeunes femmes en armure de combat, qui se font appeler les Knight Sabers. D’où elle viennent, qui elles sont, on l’ignore, quelles sont leurs motivations, mystère également, mais elles sont sacrément efficaces. A tel point que l’AD Police et la GENOM les voient d’un très mauvais oeil…

On apprend dès le premier OAV que les Knight Sabers sont quatre filles ordinaires, dont l’une, Syllia Stingray, est la fille du savant qui est à l’origine de la création des booomers. Le professeur Stingray est mort, en 2025, lors du tremblement de terre… Syllia hérite de secrets technologiques de son père, décide de former les Knight Sabers et recrute (et rémunère) trois amies : Priss Asagari, une chanteuse rock underground, à la forte personnalité ; Linna Yamazaki, monitrice de gym, c’est la sportive du groupe ; et Nene Romanova, employée comme agent de liaison à l’AD Police, et surtout une hackeuse de talent.
Débute alors une lutte intense entre boomers fous et Knight Sabers, avec l’AD Police et la GENOM pour arbitres.

Ce que j’en pense :
Que du bien.
Mais encore? Bubblegum Crisis 2032 est une excellente OAV, à l’intrigue aux nombreux rebondissements, aux personnages attachants, et à l’atmosphère cyberpunk très bien rendue. Ouvertement inspirée par Blade Runner, avec de nombreux clins d’oeil (par exemple le groupe de rock s’appelle Priss & The Replicants »), elle saisit par son ambiance crépusculaire : la plupart des scènes sont nocturnes, dans les ruelles ou sur les autoroutes de la Megatokyo tentaculaire et froide. Malgré quelques scènes plus futiles (on est quand même dans la japanimation), ça ne s’adresse pas un public jeune, avec ces scènes d’action violente (nombreux morts), ces thèmes adultes (manipulations génétiques, complots politico-économiques…), et ces interrogations (comme dans Blade Runner : les robots ont ils une âme?).

Outre l’ambiance et le design, réussis, on peut apprécier l’animation plus que correcte pour l’époque, et la mise en scène très cinématographique des scènes d’actions, avec des combats brefs mais intenses ; le design des armures et des méchas est aussi plutôt bien fichu. Le chara-design est peut-être un peu vieux jeu; on va dire qu’il est d’époque, on est en 1987 tout de même ; ça ressemble pas mal à Macross de ce côté. Mais ça a son charme.

Là où Bubblegum Crisis se démarque nettement de la concurrence, c’est notamment dans la musique, omniprésente, rock, très années 80, avec moult synthés et guitares hurlantes, ça se laisse écouter et je trouve que ça donne une vraie personnalité à l’ensemble. L’ambiance, réussie je l’ai dit, mais aussi l’intrigue qui conserve ce qu’il faut de mystère, tout n’est pas dit, on privilégie l’action : combats certes, mais aussi poursuites en motos. L’univers de Bubblegum Crisis est original et cohérent, ce n’est pas parce qu’il y a des filles et des méchas que ça doit ressembler à tout le reste !

Enfin et surtout les personnages, bien dessinés sans qu’il soit besoin de présenter leur biographie en long et en large : signe d’un scénar bien construit. Outre les quatre héroïnes, hautes en couleurs, aux fortes personnalités, je citerai les « méchants », sombres et mystérieux à souhait, et les personnages secondaires, qui apportent ce qu’il faut d’humour et d’enrichissement à l’intrigue :
- Leon McLeod, le superflic macho amoureux transi de Priss, au début il est un peu lourdaud mais au fur et à mesure il comprend qui sont les Knight Sabers, et son rôle s’enrichit dans l’OAV ;
- Daley Wong, son partenaire de l’AD Police, on le voit peu mais ses répliques sont souvent drôles (il est gay et drague ouvertement Leon) ;
- Mackie, le jeune frère de Syllia, dingue de mécanique, il assure la logistique des Knight Sabers, ce qui lui permet de s’adonner à son sport favori : mater les filles, notamment quand elles enfilent leurs armures de combat (voilà un personnage de jeune obsédé, et il fallait qu’il s’appelle Mackie!!!)

Les 8 épisodes de l’OAV, bien que comprenant chacun un début et une fin, constituent un tout, qui dévoile au fur et à mesure les aspects mystérieux de l’intrigue : le passé de Syllia, la « chef » des Knight Sabers ; les motivations personnelles des trois autres Knight Sabers; les buts cachés de la GENOM, parfois contradictoires, et ses conflits internes ; le rôle de l’AD Police ; etc…

Le point culminant est selon moi atteint avec les épisodes 5 et 6, qui se rapprochent le plus de Blade Runner, précisément du thème de l’âme supposée des boomers. Ne sont-ils que des robots, juste bons à obéir aux ordres? Peuvent ils avoir des projets? des sentiments? des angoisses?

Bref vous l’aurez compris, j’ai été vraiment séduit par Bubblegum Crisis 2032, et je vous encourage à la visonner, en vostfr bien sûr.

Quelques captures d’écran de l’OAV en attendant, pour vous mettre l’eau à la bouche (tirés des épisodes 1 à 6) :

non, actarus, pas toi. c'est pas ta série.

 

quand boomer fâché, lui toujours faire ainsi.

 

 

très attendue en effet. (vous trouvez pas que ça fait très "9 semaines et demie"?)

 

ça dans ta face !

 

 

non ce n'est pas l'inspecteur Harry. c'est Leon. Il vous le confirmera dès qu'il a fini d'astiquer son flingue. j'ai dit son flingue !

 

ah non moi j'ai rien fait.

 

This entry was posted in anime, archives and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

9 Responses to Bubblegum Crisis : Megatokyo 2032

  1. Pingback: Un ghost dans les poupées : Parasite Dolls | Les chroniques d'un newbie

  2. Pingback: Bubblegum Crisis : Megatokyo 2032 (translated topic) | Les chroniques d'un newbie

  3. Pingback: Pluto – Naoki Urasawa, d’après Osamu Tezuka | Les chroniques d'un newbie

  4. Pingback: Bubblegum Crisis : Tokyo 2040 | Les chroniques d'un newbie

  5. Mars says:

    Mecha, Fille? On ma appelé?

    Superbe résumé que celui ci, ça ma donnée envie de voir cette OAV

    Par contre j’ai un doute sur blade runner, tes sur que ces des robot, je croyait que c’était des clones ( même si la question de leur identité reste la même dans les deux cas)

    Cordialement, Galaxy Commander Mars, Clan Smoke jaguar

    • Mackie says:

      c’est vrai que c’est pas clair. mais le dérapage des « boomers fous » provient justement de l’éveil d’une conscience, ou d’un embryon de conscience, qui les rend incontrôlables. les boomers sont bien considérés commes des machines par la population. ce qu’ils sont réellement, c’est un des enjeux de la série, mais plus dans le remake de 2040 que dans l’original. SPOIL : il y a même un appel à la révolte des boomers…

  6. Pingback: Zetman : les héros sont fatigants | Les chroniques d'un newbie

  7. Pingback: En juillet, revenons aux basiques : Girls! Guns! Grenades! | Les chroniques d'un newbie

  8. Pingback: The Silent Möbius Experience | Les chroniques d'un newbie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>