Epita mi corazon

(Les titres que je n’ai pas osé donner à cette chronique : Sama beaucoup plu – Doujin toniques -  L’Epita et ses fantômes – Epita gore – Lauréat, parce que je le vis bien – La pluie belle pour aller cosplayer)

Ceci n’est pas un compte-rendu de l’Epitanime 2013. En fait, si, un peu, mais il paraît que les comptes-rendus de convention sont si nombreux qu’ils font fuir les lecteurs. Alors je vous rassure : comme les deux fois précédentes, je ne suis venu que pour les Sama Awards, et pour bavarder avec quelques personnes que je ne rencontre qu’à de telles occasions : Carolus, Sedeto, a-yin, Pazu, Rukawa, Corti, Loudde, Merlin et quelques autres.  A part ça, je ne m’étais fixé aucun programme, pas d’interview ni de reportage à faire, c’est l’ami Jean-Baptiste qui en était chargé pour JDJ. J’aime bien regarder les autres travailler, c’est reposant ^^. Donc, si vous lisez ce qui suit,  spoil : c’est 100% egotrip. Vous êtes prévenus.

Mon dos ayant décidé de me foutre un peu la paix depuis quelques jours, je n’avais pas d’excuse pour ne pas y aller. D’autant que les Sama Awards, ça représente beaucoup pour moi. Rappel : pour ceux qui ne connaîtraient toujours pas, c’est un concours d’articles de blog sur l’anime et le manga, organisé par Pazu, le webmaster d’Animint, dont le but est de générer du traffic sur son site motiver les blogueurs à écrire, et à entretenir la flamme que certains ont appelé PASSION – mais je ne vais pas refaire l’histoire. La première édition, en 2011, j’ai reçu un prix d’encouragement, qui a eu l’effet escompté, puisque je suis encore là à bloguer deux ans plus tard. La deuxième édition, en 2012, je me suis retrouvé membre du jury, ce fut une drôle d’expérience, et beaucoup de boulot à lire des dizaines d’articles, à prospecter des blogs, à rédiger des comptes-rendus de lecture et à donner des notes, ce dont j’ai une sainte horreur. Cette année, je n’ai rien fait. Pas écrit d’article spécialement pour le concours, qui fut annoncé tardivement – j’ai même pensé un moment qu’il n’aurait pas lieu…

fait pas chaud, hein?

Cette année, l’Epitanime fut un peu refroidie par une météo maussade – à cause d’une organisation une semaine plus tôt qu’à l’accoutumée? – j’ai donc passé l’essentiel de mon dimanche dans les locaux plutôt que dans la cour, où les artistes de Doujinsphere, No-xice, Tsundereko et autres avaient bien du mérite à braver la pluie. J’ai quand même pu discuter avec certains, et on s’est donné rendez-vous à Japan Expo, où j’espère que je serai un peu mieux préparé ! La faute aux gouttes et aux 14 degrés ambiants (on est en  mai, bordel !), il y avait beaucoup moins de cosplayeurs que d’habitude, la cour en était méconnaissable. Je suis tout de même rassuré sur un point : l’humidité n’a pas eu d’effet sur la colle à maquettes de l’AEUG.

Et que pouvait-on faire à l’intérieur? Plein d’activités comme d’hab, mais moi je me suis contenté de faire la queue pour des dédicaces des deux invités japanim : Urobuchi Gen et Kosaka Takaki, de faire un saut au dépôt-vente négocier des tomes soldés de Free Fight et de Larme Ultime, d’aller voir les nouveautés chez Taifu/Ototo (acheter le dernier tome de Pas à Pas, en exclu), seul stand éditeur présent, avant d’aller à la conf des deux invités. J’ai ainsi pu découvrir les deux premiers épisodes de Psycho Pass, et je dois dire que ça m’a donné envie de voir la suite : un genre de Minority Report à la sauce GITS, avec moult références à Philip K. Dick, ça me plaît déjà. Le temps de ressortir de l’amphi pour aérer (faut reconnaître qu’à l’odeur de fauve, c’est clair qu’il y en a qui passent leur troisième journée sur place !), la conférence d’Urobuchi Gen et Kosaka Takaki est lancée, animée par Stéphane Lapie et Emmanuel Bochew avec des commentaires des membres de typemoon.fr et de studio-shaft.fr. Je ne spoilerai pas le contenu, dont un compte-rendu complet sera proposé prochainement sur JDJ, mais sur la forme, je suis d’accord avec Tetho, qui déplorait que les questions de la salle étaient systématiquement « reformulées », au motif que certaines étaient trollesques (dixit Emmanuel Bochew). Mais bon, c’était tout de même plaisant à suivre, y compris pour un newbie tel que moi qui ne connaissait rien ou presque aux œuvres du scénariste  et du studio Nitro +. J’ai quand même été assez halluciné par l’atmosphère complètement otake à laquelle je ne suis pas habitué (- vous aimez Goldorak? – ouîîîî !). Permettez-moi de trouver quand même parfaitement ridicules les rires très forcés de certains afficionados à la moindre des vannes du duo d’invités nippons, rires tellement rapides et si peu spontanés, que je les soupçonne d’être destinés à nous montrer leur maîtrise fraîchement acquise de la langue japonaise. Bande de poseurs.

La conf terminée (de l’air frais, please!), il ne me restait plus qu’à franchir les 5 mètres menant au local de La Bande Animée, que Loudde a de nouveau gracieusement prêté à Animint, pour les Sama Awards. Une fois de plus, je regrette que sur les 28 candidats, seuls trois (A-Yin, Merlin et votre serviteur) s’étaient déplacés. Bon, deux autres, Gen et Bobo, s’étaient fait représenter. Mamaragan a failli venir. Côté jury, il y avait bien sûr Pazu et Loudde, mais aussi Carolus Corti et Rukawa, et je vous promets qu’une salle avec Merlin, Rukawa et A-Yin, même à moitié vide, ça met de l’ambiance. Je ne vais pas commenter le palmarès, mais je suis un peu déçu pour Merlin, dont l’article Bride Stories : Mais qui sont ces peuples et où vivent-ils? Faisons le point pour Mata Web me semblait au-dessus du lot (mon avis n’engage que moi), et qui est seulement arrivé deux fois deuxième (double Poulidor, quoi) aux classements des auteurs et de la meilleur idée originale. Félicitations aux autres lauréats et classés, dont plusieurs viennent apporter du sang neuf, ce qui est une bonne nouvelle : Jehros de Courte Focale, Lili de Sukinahihongo,  VpViennetta de Nostroblog, Bobo de HeavenManga, Bidib de Ma Petite Médiathèque (la seule que je connaissais déjà ^^) et Mamaragan de GameInsider. Ravi bien sûr que soient distingués Gen et Gemini, deux habitués et blogueurs de grande qualité.

Le plus étonnant, au final, c’est quand même que ce soit une des deux chroniques que j’ai soumises au concours qui ait finalement été élue meilleur article. Il s’agit de Eden of the East : Bourne to be alive, et c’est vrai que j’ai bien aimé la rédiger, proportionnellement au plaisir que j’ai éprouvé à regarder l’anime. Avant le palmarès, Loudde me glissait que ma chronique lui avait donné envie de regarder l’anime. Vous, je ne sais pas, mais quand quelqu’un vient me dire un truc pareil, ça me fait rudement plaisir. Ce n’est quasiment que pour ça que j’écris, voyez-vous. Enfin bref, voilà, merci au jury, vraiment, ça me fait un beau diplôme (le design est nettement plus joli que les deux années précédentes, au passage) et il y avait des lots sympas : j’ai choisi les tomes 1 de Tout sauf un un ange et de L’infirmerie après les cours. On ne peut pas gagner chaque fois le coffret de Silent Möbius.

(Ce n’est pas encore cette fois que vous aurez ma tronche sur le blog.)

Finalement, que retenir de cette journée?
- que quand la température baisse, la pudeur des cosplayeuses remonte,
- mais que la pluie ne refroidit pas l’esprit doujin,
- que venir pour la première fois équipé de mon propre téléphone mobile ne sert à rien, si je n’ai pas lu le mode d’emploi avant,
- qu’en revanche venir à une convention les mains dans les poches, c’est très appréciable,
- et particulièrement quand on en repart les mains pleines.

Bises à tous.

This entry was posted in actualité, vie du blog and tagged , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

23 Responses to Epita mi corazon

  1. Gemini says:

    J’aurais bien aimé être présent, mais débourser l’aller-retour juste pour les Sama Awards alors que je suis chômeur, mon compte en banque m’aurait fait la gueule ^^’ Bah, ce n’est que partie remise. Enfin j’espère.

    • Mackie says:

      cette fois encore j’ai regretté ton absence, mais je comprends, j’ai failli ne pas venir non plus, même si je suis moins loin. merci la SNCF qui accepte les chèques vacances ^^

  2. Marianne says:

    :) moi j’ai bien ton compte rendu façon égo-trip.

    Il me ferai presque regretté de n’être venue ! Je vois que tu en a quand même bien profité malgré la pluie. Est-ce que tu viendras à Japan Expo ? Je compte y aller cette année ^__^

    Bravo pour ton sama-award !

    Ca me fait super plaisir car Eden of the East est une série que j’ai adorée (mais rien de surprend vu que je suis aussi une fan de Abe). La dimension sociologique m’a passionnée. Ton article est une analyse intelligente et tu présente (encore une fois) la culture pop japonaise non comme un machin pré-mâché pour débile mais comme un creuset pour des œuvres engagée dont la portée est plus qu’artistique.

    D’ailleurs, ca me remotive pour mater de l’anime (ce qui ne m’est pas arrivé depuis plus d’un an…).

    Bref, ton award est amplement mérité !!!

  3. Nemo says:

    Ce n’est pas parce ce que tu n’utilises pas certains jeux de mots qu’il faut les griller pour les autres :p

    • Mackie says:

      je suis pour l’émulation – d’ailleurs je milite pour la création d’une catégorie aux Sama Awards : le prix de l’article au titre le plus foireux XD

  4. Sedeto says:

    Non mais c’est quoi cette photo ?! xD (Heureusement que Pazu était là pour cafter sur twitter, sinon je m’en serai rendu compte que dans 2-3 mois pour ma moisson trimestrielle d’articles de ton blog.

    Sinon attention ! L’infirmerie après les cours est d’une auteur qui me tient particulièrement à coeur et je suis très curieuse de ton avis dessus. J’ai également tous les Tout sauf un ange, mais là on est plus dans le divertissement tout à fait shôjo.

    En tout cas oui, il n’y a qu’à Epitanime que le niveau moyen d’otaku est aussi élevé et c’est ce qui cette année m’a vraiment empêché de regretter quoi que ce soit malgré le vent et la pluie ! Avoir des clients passionnés et connaisseurs de l’autre côté du stand a une certaine saveur pour moi qui suit bien atteinte dans mon genre…

    Merci pour ce compte-rendu, qui me permet de faire un petit tour complémentaire du salon que je n’ai pas toujours pu faire ^^’

    • Mackie says:

      j’ai pas dit qui c’était sur la photo ^^ et en plus je t’y trouve toute mignonne avec ton air de poussin gelé, ça donne envie de t’apporter une bouillotte, un plaid et un thé brûlant !
      les otakes, je leur pardonne, en fait sur le moment ça m’agace toujours un peu mais après je trouve ça plutôt marrant. après tout c’est des passionnés, et beaucoup sont communicatifs. et ne vais-je pas finir par en devenir un moi aussi, à force??
      Les deux tomes 1 je les ai déjà lus, vive les lundis fériés, et c’est vrai que l’Infirmerie est très intriguant. faut que je lise la suite. dans un moindre mesure Tout sauf un ange est un assez bon shojo, pas très original mais l’héroïne est attachante avec son sale caractère.

  5. Tata says:

    Mouhahaha. Et pendant ce temps-là, il faisait beau dans le sud. *s’en va discrétos*

  6. Lunch says:

    D’abord, toutes mes félicitations pour ton prix !
    Je suis d’accord avec le jury de toute façon, tes articles sont de qualité.

    Me concernant je regrette d’avoir appris l’existence de cette communauté et de ce concours si tard. J’ai pas eu le temps de me retourner, et je ne chronique pas suffisamment de mangas pour avoir le temps de faire un article pour le concours… mais j’ai pris date et je reviendrai, d’autant que je trouve l’idée sympa et l’ambiance détendue ici ou ailleurs, pour ce que j’en ai lu.

    Bon, si ça peut rassurer les nordistes (oui je sais, le terme est un tantinet exagéré) c’est pas mieux du côté de Lacanau. On a beau vivre à l’année dans une station balnéaire, vivement le soleil !

    • Mackie says:

      Il y a des participants qui écrivent beaucoup moins que toi… il y en a aussi, qui malheureusement, on écrit une année pour le concours et plus donné signe de vie depuis.
      on dit que l’essentiel est de participer mais il faut trouver une motivation : en 2014, tous contre Mackie ! ^^

      • Pazu says:

        Ah tiens, j’ai oublié de mentionner la loi des séries avec le Prix du meilleur article: Les lauréats 2011 et 2012 n’écrivent plus… Un challenge de plus pour Mackie: Vaincre la malédiction.

  7. a-yin says:

    Baptême convention « pour de vrai » pour moi. J’ai fait la Japan Expo en 2011, mais avec un badge presse. Cette fois, cher Mackie, j’ai pu te dire bonjour, contrairement à la fois où je t’avais « deviné » ;) au Salon du Livre! En tout cas, une convention assez folklo, où je me suis rendue pour papoter avant tout, n’ayant pas fait d’activité (oui c’est honteux, mais la senteur fauve tout ça ^^; ) . Une convention qui m’aura rappelée mon âge, en rencontrant un copain de terminale T-T la jeunesse s’envole, comme dans le titre d’un album de Donjon Potron Minet…

    Félicitations pour ton awards, et félicitations au pauvre Gemini qui était cité sans cesse mdr :) . Un peu déçue pour Merlin aussi. J’ai beaucoup ri en voyant la figurine qui devait représenter Bobo.

    • Mackie says:

      fais gaffe « ma vieille » a-yin, à balancer des références comme ça, Donjon, Rork, ATCQ, on va finir par découvrir que nous avons des goûts communs.

      • a-yin says:

        Précisément à cause de ATCQ, on dit que j’ai des goûts de vieille :( . Effectivement, la plupart des personnes appréciant ce groupe ont plus ton âge que le mien, du moins ici en France.

        Aaaah… Rork. Je ne lis pas de BD depuis aussi longtemps que les manga, mais ce fut une sacrée découverte. Dire que j’ai dû galérer pour trouver les 7 tomes et qu’ils sont maintenant dispo dans une réédition intégrale…

        • Mackie says:

          je n’ai jamais compris l’idée d’avoir des goûts liés à un âge, de vieux ou de jeune. quand j’avais 10 ans j’aimais déjà Bach, Brassens, les Beatles, je les aime encore et à 40 ans je me suis mis aux mangas. la curiosité n’a pas d’âge.

          « s’intéresser à des trucs de son âge », c’est une expression qui m’a toujours fait flipper.

          • a-yin says:

            Arf, c’est pas grave, je m’en remettrai :) . Mais tu m’as tuée avec ATCQ. Je m’en remets toujours pas de leur séparation en fait. En bonne vieille conne que je suis… J’aime bien vanner les gens en disant qu’ils ont des goûts de vieux, mais ça se retourne contre moi aussi xD

        • Lunch says:

          Et une chouette intégrale qui plus est, avec quelques inédits et le magnifique tome 0 en noir et blanc : MAGISTRAL ! :)

          • a-yin says:

            Oui, le tome 0 que j’ai acheté séparément du coup :) . Je l’aime beaucoup en noir et blanc en effet. Après, pour l’intégrale, elle est belle, mais j’aime beaucoup le papier sur les albums unitaires jusqu’au tome 5, ce papier très mat qui donne un beau rendu des couleurs, meilleur que sur le papier de l’intégrale à mon goût.

            • Lunch says:

              J’avoue que j’ai pas eu la chance d’avoir les éditions originales, alors j’ai saisi l’occasion. Mais c’est vrai que le tome 0 en noir et blanc vaut le détour à lui seul !

  8. a-yin says:

    @Lunch: non mais tu as amplement raison ^^ en plus il y a des inédits dans les intégrales!!!! Au début, j’ai pesté sur le tome 0 en couleurs et finalement, elle apporte beaucoup à certains endroits, l’apparition des « esprits » surtout. Arg, j’ai envie de relire Rork!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>