Un peu de baston (la baffe)

( Les titres que je n’ai pas osé donner à cette chronique : Baston du sucette – Baston de maréchal – Baston de vieillesse – La dame aux Kamehas – Atatatatatatatatatatatatatata ! )

Se mettre aux mangas de baston, c’est un peu comme passer au level two d’un jeu dont on a exploré tous les recoins du level one, avant d’oser affronter le boss. C’est la véritable expérience. Le manga, c’est la baston, et la baston, c’est le manga. Voilà.

Oui bon je m’emballe. N’empêche que c’est à cette vérité ultime qu’aboutissent les protagonistes de Bakuman, dans les deux derniers tomes (17 et 18, excellents au demeurant) où Eiji Niizuma et Muto Ashirogi s’affrontent sur un même concept : la baston marginale, considérée comme le retour aux sources du manga shonen. Ne me demandez pas d’expliquer le terme marginal dans ce contexte, c’est assez fumeux mais peu importe, Bakuman est lui-même un manga de baston (euh, marginale?), sans coups de poings ni kamehas, mais par plumes interposées. Et quoi que j’aie pu dire dans des chroniques plus anciennes, c’est ça et seulement ça qui fait qu’au 18e tome j’ai encore envie de connaître la suite, et, fait significatif, que je n’attends pas particulièrement la fin. Je veux juste ma dose régulière de Bakuman.

Comment l’expliquer? Depuis mes commencements de newbie, j’ai lu quand même pas mal de volumes de toutes sortes, notamment ces derniers mois. Sauf que plus j’en lis, plus je m’aperçois de l’ampleur de ma newbietude. J’ai récemment installé ma 3ème Billy d’Ikea, et en regardant ma modeste collection – très momentanément – rangée, je vois qu’il y a une majorité de titres seinen aux thèmes sérieux, de Dragon Head à Zipang, en passant par Monster ou Soil. Et plein de one-shots ou de séries courtes. Où sont les shonen que tout le monde a lus, sauf moi? À part Nana (19 tomes), Monster, X et Bakuman (18 tomes), aucune série longue.

Il fallait faire quelque chose.

Jeu 1 : un petit nouveau s'est glissé dans cette étagère qui ne rigolait pas souvent. Seras-tu capable de le reconnaître?

Faire table rase. Oser. Cesser de tergiverser. Mes précédentes tentatives avec Saint Seiya, Bastard, Kenshin n’étaient pas franchement déplaisantes, mais pas convaincantes non plus. Ce qu’il me fallait, c’était un grand classique, à la fois vintage (ben voui, à mon âge, on aime bien ça), et drôle, et universel (à plusieurs niveaux de lecture) et 100% baston. Et. Donc. Forcément. Dragon Ball. Dit comme ça c’est l’évidence, non? Ah ben oui mais là aussi, mettez-vous à ma place. Pour moi, Dragon Ball, ça évoquait des heures de scènes statiques et super pénibles de bavardages entre ados bodybuildés qui se prennent terriblement au sérieux, sans décor ni scénario, avant de se terrasser en s’envoyant des rayons de la mort (tout en continuant à bavasser). Le truc qui fait définitivement pas envie. Dragon Ball Z. Mêmes causes, mêmes effets que pour les Chevaliers du Zodiaque. Je serai clair, le Club Dorothée a été pour moi un repoussoir, et je suis passé complètement à côté de la première vague anime/manga. Et donc du shonen. Et donc de la baston.

Jeu 2 : entre ces deux volumes, sauras-tu différencier celui qui a l'air sympa de celui qui a l'air sinistre?

Alors que Dragon Ball, le vrai, je veux dire le manga d’Akira Toriyama, est tout le contraire. C’est inventif, drôle, captivant, varié, en tous cas jusqu’au tome 16, là où j’en suis actuellement. J’ai un peu peur d’aller plus loin, parce que j’ai été averti qu’à un moment, DB devient répétitif et sérieux – grosso modo, d’après ce que j’ai compris, lorsque Son Goku devient grand. Suffit de regarder l’évolution des couvertures, c’est assez parlant.

Du coup, vais-je continuer à le lire en tournant les pages à toutes vitesse? On verra plus tard, je vous en reparlerai probablement. Mais en attendant, maintenant que j’ai vu la lumière, passons un peu à l’actualité. Tenez, par exemple, l’Attaque des Titans. Pas besoin de vous le présenter, vous l’avez tous lu, non? Non? Bon. L’histoire est assez simple, sinon simpliste, et pourtant terriblement addictive : l’humanité a été presque entièrement exterminée par une mystérieuse nouvelle race de monstres humanoïdes, les Titans, des géants de plusieurs mètres de haut qui bouffent les humains par poignées. Les Titans sont apparemment idiots mais quasi invincibles. Quelques groupes d’humains ont survécu en construisant des cités-états protégées par de gigantesques murailles, et en s’organisant militairement. Des soldats d’élite s’y entraînent pour développer des techniques de combat à haut risque, et parmi eux, Eren, un jeune garçon animé par un désir de vengeance, et dont les pouvoirs vont peut-être changer le cours de la lutte contre les Titans…

Déjà 6 tomes, et on commence à peine à entrevoir les prémisses d’une explication à cet univers ultra-violent et désespéré. L’intrigue est presque entièrement tournée vers les scènes de combat, spectaculaires et prenantes. Pourtant, en l’analysant à froid, l’Attaque des Titans est bourré de défauts qui pourraient être rédhibitoires. Le principal, à mon avis, est le design des personnages. Non qu’il soit moche, ce qui a été beaucoup dit, je le trouve très réussi avec ce côté crayonné, fiévreux, urgent. Le problème est que les personnages se ressemblent beaucoup trop. Mêmes costumes, mêmes coupes de cheveux, j’arrive à peine à distinguer les filles des garçons. Malgré cela, c’est un véritable page turner, grâce à la tension et au dynamisme de son déroulement, et cette atmosphère d’angoisse et d’adrénaline propre aux vrais bons mangas de baston. La psychologie : on s’en fout. On est ballotté de scène choc en scène choc, les moments de calme avec dialogues ne sont là que pour nous permettre de souffler avant la prochaine attaque… Du coup, je ressens la colère et le désespoir des combattants qui savent qu’ils seront peu à s’en sortir. De la pure baston, du grand art.

Pure baston également, mais dans un contexte réaliste cette fois, Gewalt. Je n’attendais pas grand chose de ce titre acheté par hasard, que j’avais feuilleté une première fois distraitement en me disant beurk, des d’jeuns qui se lattent dans des cours de récré, très peu pour moi. Une fois passé cet a priori, il y a quelque chose de complètement immoral et jouissif dans Gewalt, une vraie transgression, avec ce gamin ordinaire et maigrichon, qui, poussé par la frustration, bascule dans la violence et décide de régler ses problèmes avec ses poings. Pas de moralisme, mais pas de complaisance non plus : ce qui rend le héros attachant est un mélange plus subtil qu’il n’y paraît de fragilité et d’audace, qui refuse son destin de loser et se prend en main, certes, d’une manière discutable, mais qui titille notre penchant secret et (en principe) domestiqué pour le taquet dans les ratiches de tous ceux qui nous font ch… enfin vous m’avez compris. En trois tomes, Gewalt ne perd pas de temps à se justifier, il va droit à l’essentiel, ça castagne tout de suite. Et c’est presque dommage de savoir que ça se termine aussi vite. Pour ne rien gâcher, c’est servi par un dessin réaliste et déformé à la fois, qui évoque le trait d’Harold Sakuishi dans Beck, ou encore d’Haruto Umezawa dans Bremen. Les couvertures sont très réussies. Ok, c’est pas un chef d’œuvre, mais niveau efficacité, rien à reprocher.

Là-dessus, arrive chez Ototo Fate Zero, l’adaptation d’une préquelle d’une série que je n’ai pas vue, Fate/Stay Night. Mal barré pour moi. Mais ô surprise, je n’ai pas eu de mal à entrer dans l’intrigue. C’est assez classique : trois clans s’affrontent pour un artefact divin, le graal, en invoquant des servants qui sont la réincarnation de héros, de guerriers ou de généraux de légende : Heraclès, Alexandre, Gilgamesh, le roi Arthur, etc. C’est de la baston avec superpouvoirs, armures, armes magiques et tout le tintouin, attirail très typique du genre, mais avec Gen Urobuchi au scénario, l’auteur des light novels, donc ça tient la route. Dès le premier tome, l’univers est planté, l’apparition des personnages est dosée avec un art consommé du suspense, et on sait où on va : vers la baston. Là, c’est le dessin qui fonctionne à merveille : les combattants ont de la prestance, les effets visuels sont bluffants, avec ce qu’il faut d’excès pour faire monter la sauce. Petit bémol, là aussi, j’ai eu du mal à distinguer certains personnages entre eux : Kiritsugu et Tokiomi se ressemblent un peu trop, et j’ai failli les confondre, avec leurs looks de beaux bruns ténébreux. Mais c’est vite oublié, et le tome 1 s’achève sur un cliffhanger particulièrement classieux, qui augure bien de la suite.

Le manga de baston, au fond, a tout pour me plaire. Que ce soit de la bagarre de rue, des arts martiaux avec superpouvoirs, des duels de chevaliers héroïques,  ou une guerre façon survival horror, ça marche quand on est prêt à assumer une certaine dose de premier degré. Moi qui ai toujours été fan de westerns, de péplums, et autres films de genre, j’étais destiné à en lire et à aimer ça. On ne peut pas toujours lire des histoires réalistes avec tranche de vie, psychologie étudiée et relations complexes. Billy Bat, Quartier lointain, Thermae Romae sont un vrai bonheur à lire, mais de temps en temps, s’évader en se jetant dans l’arène, ça fait un bien fou.

This entry was posted in blabla, manga and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

25 Responses to Un peu de baston (la baffe)

  1. Geminic says:

    Je confirme qu’à partir du tome 17 – enfin, cela dépend de l’édition – Dragon Ball rentre dans ce qui deviendra Z à la télévision, et que le ton change. Jusque-là, nous sommes encore dans un ton relativement proche de celui de Dr Slump, donc plus humoristique, même le côté combat est aussi plus marqué.

    En baston pure, tu as Tough chez Tonkam, qui est bien fait. Mais je te recommande surtout Yuyu Hakusho, qui est un incontournable dans le genre, chez Kana.

    • Mackie says:

      Yuyu Hakusho ça fait plusieurs fois qu’on m’en parle, je vais regarder ça.
      Dr Slump aussi.
      Tough, j’en ai un peu feuilleté (Free Fight aussi) quand j’ai interviewé le mangaka, si j’en trouve d’occase, je verrai.

  2. Rukawa says:

    voir le mot baston dans le titre, et ensuite une image de Bakufail.
    je me suis dis WTF. J’ai lu l’article, puis j’ai eu droit à aucune explication.
    c’est bad :/

    sinon comme shounen, yen a un où ya pas bcp de baston, c’est HxH, et pourtant c’est l’un des meilleurs shônen que j’ai pu lire. Idem pour FMA.
    Beelzebub est pourtant un furyô manga et ya plein de baston, mais l’intérêt principal de la série, c’est pas la baston mais l’humour.

    mais si vous voulez de la vraie baston, achetez Hajime no Ippo, vous sauvez l’industrie du manga en achetant Ippo et ses 100 volumes.

    c’est qd même marrant d’avoir classé DB en plein milieu de Urusawa. J’oserai pas.

    Ah tiens Gemini est devenu yougoslave.

    • Mackie says:

      Bakuman est redevenu intéressant depuis quelques tomes, en ce recentrant sur l’essentiel, l’affrontement par mangas interposés. Et quand il y a un duel à rebondissements, avec classement, stratégies, tactiques, acharnement jusqu’à l’épuisement physique (la scène où ils ne dorment pas pendant trois nuits d’affilée!) et même un personnage de méchant, j’appelle ça un manga de baston. La métaphore est évidente.

      le classement on s’en fout : ordre alpha (parce qu’il faut un ordre, et encore).
      merci pour les conseils.

  3. Corti says:

    Je plussoie les suggestions de Rukawa. Yuyu Hashuko reste un maitre-étalon dans le style old-school avec de la baston bien fait et il ne dure que 18 tomes. HxH, du même auteur, est passionnant du fait de la profondeur de son univers et de ses personnages. Par contre, l’auteur ne sort à peine qu’un chapitre par an maintenant (et encore), donc bon… Et certains arcs narratifs sont assez décriés. Mais, malgré ça, il reste encore un incontournable :p
    Beelzebub est juste très con et très drôle, c’est pour ça que je l’adore. J’en avais parlé là : http://puceau.corti.over-blog.com/article-36909788.html
    La série est maintenant finie, et pas de déception de ce côté. Les combats sont expédiés rapidement, on ne s’ennuie pas si on aime bien l’humour.
    FMA est intéressant aussi. Il y a un côté mature qui se détache de l’œuvre et l’auteur réussi à bien faire passer ses messages de manière fine. L’histoire est maîtrisée de bout en bout de surcroît.
    En p’tit shônen sympa qui est sorti ces derniers temps, il y aussi Psyren, pas exceptionnel, mais sympa (j’en parle là : http://puceau.corti.over-blog.com/article-psyren-c-est-fini-62253858.html )

    Après, tu peux aussi tenter Toriko, Moonlight Act et Jojo, mais là, tu pars sur des trucs avec un peu plus de volumes à la clé. Bon après, y’a les ténors actuls que sont Naruto, One Piece et Bleach. One Piece remporte actuellement tous les suffrages pour son univers et la connerie de son héros. Mais là, tu pars pour des volumes entiers de baston…

    Pour en revenir à Dragon Ball, il est clair que tu vas rentrer dans la partie grosse baston. Ça va changer d’ambiance. Ceci-dit, jusqu’à la fin, le manga contient quelques perles niveau humour :)

    Et je plussoie Ippo aussi ! Très classique dans son déroulement, mais même après plus de 100 volumes, on ne se lasse toujours pas de ses combats de boxe !

    Bref, si tu veux explorer le shônen, ce ne sont pas les séries de qualité qui manquent. Après, tout dépend ce que tu veux explorer (je pense que la moins prise de tête reste Fairy Tail :p )

  4. Rukawa says:

    IMO Bakufail est un peu raté, son orienté shônen pour plaire à ce public spécifique est assez mal géré. même si çà reste intéressant avec de belles anecdotes et fun par moment. Après, je suis pas super fan du duo et le manga a un rythme assez décousu oui.

    c’est dommage que Hoero Pen AKA La Plume de feu n’ait pas pu trouver son public en France, je désespère un jour voir sa republication chez un éditeur suicidaire.
    par contre Mangaka-san to assistant-chan, poubelle.

  5. Yomigues says:

    Super article Mackie et tu as bien raison, les manga de baston ça ne peut que faire du bien ! C’est en effet à partir du tome 17 que Dragon Ball devient plus sérieux et à rallonge, Toriyama faisait ça exprès pour tenter de rendre sa saga ennuyeuse. Manque de pot il a dû rempiler durant 42 tomes… Si tu aimes le côté baston/fun, je te recommande plutôt Dr. Slump qui ne s’éloigne jamais de sa ligne de conduite initiale et reste drôle le long de ses 18 tomes.

    Tu as aussi Noritaka qui est un pur cher d’oeuvre d’humour et de baston, quoi que répétitif dans ses 4 derniers tomes (18 volumes au total). Super article en tout cas !

  6. Salut Mackie, je viens de visiter avec intérêt votre site, il est très magnifique, bravo Super article . Merci et à bientôt

  7. Good way of telling, and nice piece of writing to take facts regarding my presentation focus, which i
    am going to convey in academy.

  8. Cathleen says:

    I’m amazed, I have to admit. Seldom do I come across a blog that’s equally educative and interesting, and without a
    doubt, you have hit the nail on the head. The issue is something that not enough men and women are speaking intelligently
    about. I’m very happy I found this during my hunt for something
    relating to this.

  9. redtube says:

    Agora, muitos indivíduos que sentem uma inadequação relacionada ao tamanho do pênis buscam os consultórios a fim de que milagre do aumento peniano.

  10. به اشتراک گذاشتن سرمایه بین حداقل 2 نفر یا بیشتر ، جهت
    تشکیل یک شخصیت حقوقی را به اصطلاح تاسیس شرکت می گویند.

    جهت ثبت برندهای غیر فارسی یا لاتین نیاز به داشتن کارت
    بازرگانی توسط شخص حقیقی یا حقوقی می
    باشد .
    2)دارا بودن مدرک تحصیلی دیپلم
    ( مدیر عامل شرکت )
    ثبت طرح صنعتی

  11. Today, while I was at work, my cousin stole my iphone and tested to see if it can survive a 40 foot drop, just so she can be a youtube sensation. My iPad is
    now broken and she has 83 views. I know this is totally
    off topic but I had to share it with someone!

  12. Stairs says:

    Hello to all, it’s actually a pleasant for me to
    pay a quick visit this web site, it includes important Information.

  13. This design is spectacular! You certainly know how to keep a
    reader amused. Between your wit and your videos, I was almost moved to start my own blog
    (well, almost…HaHa!) Great job. I really loved what you had to say, and more than that, how you presented it.
    Too cool!

  14. This is really interesting, You are a very skilled blogger.
    I have joined your feed and stay up for in search of more of your
    excellent post. Also, I have shared your web site in my social
    networks

  15. you’re truly a good webmaster. The website loading velocity is amazing.
    It sort of feels that you’re doing any unique trick. Also, The contents
    are masterpiece. you’ve done a wonderful process in this topic!

  16. dang ky m88 says:

    I am really grateful to the owner of this website who has shared
    this wonderful post at at this place.

  17. Norman says:

    Excellent goods from you, man. I’ve keep in mind your stuff
    previous to and you are just extremely fantastic. I really
    like what you’ve received right here, really like what you are saying and the way in which during
    which you are saying it. You are making it enjoyable and you
    still care for to stay it sensible. I can not wait to learn far more from you.
    That is really a tremendous website.

  18. Obrigado para outros informativo web site .
    Onde mais poderia Estou ficando que meio informação escrito
    em tal um perfeito significa ? Eu tenho um
    venture que Eu sou simplesmente agora trabalhando,
    e tenho foi na relance fora para tal informação.

  19. Great blog! Do you have any tips for aspiring writers?
    I’m hoping to start my own website soon but I’m a little lost
    on everything. Would you suggest starting with a free platform like WordPress or
    go for a paid option? There are so many options out there that I’m
    totally confused .. Any recommendations? Kudos!discount jerseys

Répondre à voyage en famille maldives Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>